/sports/baseball
Navigation

«Douche froide» pour Équipe Québec

«Douche froide» pour Équipe Québec
Photo COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

La défaite est difficile à avaler, mais Équipe Québec rentre néanmoins à la maison avec une égalité de 1-1 dans sa demi-finale l’opposant aux Wild Things de Washington.

«C’est décevant parce qu’on pensait qu’on l’avait, a réagi le gérant Patrick Scalabrini, après le défaite de 4 à 3 des siens subie mercredi après-midi, en Pennsylvanie. Avec seulement quatre retraits à faire, nous étions en plein contrôle.»

La formation représentant le Québec dans la Ligue Frontier, qui a l’avantage de pouvoir disputer les trois derniers matchs de cette série 3 de 5 devant ses partisans, s’est fait jouer un vilain tour.

À l’image de ce résultat, une panne de courant est survenue au Wild Things Park, en milieu de neuvième manche, ce qui a eu pour impact que les joueurs ont dû prendre une douche froide au terme de la rencontre.

«À part pour la douche, la panne n’a pas eu d’impact sur le match», a toutefois assuré Scalabrini, qui aurait souhaité un meilleur sort pour son releveur Andrew Case, victime de trois points mérités en seulement une manche et un tiers de travail.

Une remontée tardive

Le «Fleurdelisé» menait donc par le pointage de 3 à 1 après les sept premières manches. Les Wild Things, avec un circuit de deux points de Grant Heyman après deux retraits en fin de huitième, ont d’abord créé l’égalité. Puis, les locaux ont inscrit le point vainqueur pour clore le match, en fin de neuvième manche, quand Nick Ward a réussi un coup sûr aux dépens du releveur Marshall Shill. Case, qui a encaissé la défaite, est surtout celui qui a été victime de la remontée des Wild Things, étant d’ailleurs responsable des coureurs sur les sentiers en neuvième.

«Case a effectué un lancer que Heyman est capable de frapper fort», a résumé le gérant, à propos du circuit ayant créé l’égalité, précisant que son releveur est pourtant reconnu pour accorder que très rarement la longue balle.

«En venant ici, le but était de voler l’un des deux matchs, a poursuivi le gérant, avec sagesse. Avec un mini-recul, il faut être satisfait, mais le travail est loin d’être terminé car Washington représente une très bonne équipe.»

S’imposer contre Hennen

En début de partie, Équipe Québec était pourtant parvenue à s’imposer contre le partant des Wild Things, Ryan Hennen, récent récipiendaire du titre de lanceur de l’année dans la Ligue Frontier. Le gérant Patrick Scalabrini comptait également sur son as au monticule, soit Codie Paiva. En six manches, Paiva a cédé un seul point.

À l’attaque, Jeffry Parra a été le premier à faire souffrir Hennen à l’aide d’un double, dès la manche initiale, pour permettre à son coéquipier Louis-Philippe Pelletier de croiser le marbre. Ruben Castro a produit le deuxième point tandis que Gift Ngoepe a été le dernier à malmener Hennen grâce à un circuit en solo pour entamer la septième manche. Quelques instants plus tard, l’artilleur quittait la rencontre. La bonne nouvelle pour Équipe Québec: Hennen ne reviendra pas au monticule pour Washington à court terme.

Cienfuegos sur la butte

La série 3 de 5 entre Équipe Québec et les Wild Things doit se poursuivre ce vendredi, au Stade Canac, à Québec. Le «Fleurdelisé» devrait alors miser sur le lanceur québécois Miguel Cienfuegos pour entamer la partie.

En 22 présences sur la butte cette saison, dont 19 départs, Cienfuegos a maintenu un dossier de 9-6 et une moyenne de points mérités de 3,78.

La demi-finale se transportera à Trois-Rivières, samedi, pour le quatrième match, tandis qu’une cinquième partie demeure possible à Québec, dimanche. Rappelons que mardi soir, Équipe Québec avait gagné la première rencontre par le pointage de 9 à 0 à Washington.