/news/society
Navigation

La polarisation politique exacerbée par les médias sociaux

La polarisation politique exacerbée par les médias sociaux
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les réseaux sociaux, notamment Facebook, ont joué un «rôle majeur» dans l’exacerbation de la polarisation politique qui peut mener à la violence extrémiste, selon une étude de l’Université de New York.

• À lire aussi: Instagram cherche comment limiter le problème de l'obsession du corps idéal chez les ados

• À lire aussi: Star de TikTok, le candidat Jagmeet Singh courtise les jeunes électeurs canadiens

Des chercheurs du Stern Center for Business and Human Rights sont parvenus à la conclusion que l’usage généralisé des plateformes numériques «a exacerbé la haine partisane».

Dans leur étude dévoilée lundi, les chercheurs, qui ont interrogé un responsable de Facebook, précisent que les médias sociaux ne sont pas la cause de cette polarisation, mais qu'ils l’ont intensifiée.

«La recherche montre que les médias sociaux ne sont pas le principal moteur de polarisation nuisible, mais nous voulons aider à trouver des solutions pour y remédier», a soutenu d’ailleurs un porte-parole de Facebook dans un communiqué.

Le rapport met en exergue la difficulté à régler la problématique, en raison notamment du refus des géants du web de communiquer les données sur la façon dont les algorithmes classent et suppriment du contenu.

Le rapport propose une série de recommandations visant à réduire la polarisation politique sur les réseaux sociaux.

Les chercheurs recommandent aux autorités la mise en place d’une sorte de code d’éthique et de conduite à l’industrie des réseaux sociaux ainsi qu’un financement de la recherche pour des modèles commerciaux alternatifs.

Les plateformes du web devraient également «doubler le nombre de modérateurs de contenu», selon le rapport.

À VOIR AUSSI