/news/coronavirus
Navigation

Passeport vaccinal: la mise en place officielle n’a pas eu d’impact à Québec

GEN-CODE-QR
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

La fin de la période de grâce pour l’application du passeport vaccinal ne semble pas avoir eu de répercussions négatives mercredi, dans les restaurants de la région de Québec.

Le passeport vaccinal est requis pour les personnes de 13 ans et plus dans de nombreux lieux, notamment les salles à manger des restaurants, depuis le 1er septembre.

Mais depuis ce matin, la règle est appliquée avec vigueur, les commerces s’exposant à des amendes de 1000 à 6000$ s’ils contreviennent à l’exigence.

Au Normandin de Cap-Rouge, une certaine baisse a été remarquée ce matin. «C’est toujours cela en septembre, mais aujourd’hui, c’est un peu plus. Est-ce que c’est en raison du passeport? C’est difficile à dire», a soupesé le gérant, Antoine Rossignol.

Le vice-président ventes et marketing de l’enseigne Normandin, qui compte 43 établissements au Québec, souligne que, dans l'ensemble, l'achalandage se maintient.

«Oui, ç'a été un peu plus calme là ce matin, à peu près 10% moins de clients. C’est difficile de dire si c’est lié à ça. À l’inverse, sur la rue Bouvier, il y avait plus de clients. Globalement, je ne vois pas de changements dans le réseau», estime Jean Julien.

Analyse à faire

Ce midi au restaurant pub le Calvados, à Pont-Rouge, la propriétaire Annie Marcotte n’a pas perçu non plus de diminution de la clientèle.

Il n’y a pas eu de changement aujourd’hui par rapport aux deux dernières semaines, selon François Meunier, vice-président aux affaires publiques de l’Association Restauration Québec (ARQ), qui compte plus de 5000 membres dans la province.

«Il va falloir être très prudent sur l’évaluation de la fréquentation à ce moment-ci. Est-ce que c’est le passeport, la rentrée scolaire, la fin des vacances, est-ce que c’est variable selon les régions? C’est impossible de pouvoir l’affirmer à ce moment-ci. Je sors d’une réunion dans un restaurant qui était à pleine capacité», dit-il.

Jean Martin, copropriétaire des 11 Saint-Hubert de la grande région de Québec, va dans le même sens. «Nos ventes à l’externe [livraison, comptoir et service à l’auto] vont très bien. Dans les salles à manger, c’est plus difficile à dire. Il y a toujours une baisse avec le retour à l’école. Mais jusqu’à présent on est contents de nos ventes.»

Assouplissements demandés

L’obligation de continuer à maintenir un registre en plus d’exiger le passeport est cependant un irritant.

«C’est sûr que c’est plus compliqué maintenant, explique M. Rossignol. Il faut quelqu’un de plus à la réception pour prendre le code QR et une autre pour prendre les coordonnées.»

L’ARQ est d’ailleurs en discussion avec le gouvernement pour obtenir des assouplissements, le premier étant le registre.

«L’enjeu ce n’est pas le passeport vaccinal, mais sa gestion dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre. Si nous avions du personnel en quantité suffisante, tout le monde serait content. Le registre est extrêmement lourd», estime M. Meunier.

«Ça [l’annulation du registre] aiderait beaucoup au niveau des opérations», confirme Jean Martin.

Après le registre, l’ARQ fera des représentations pour recouvrer un peu plus de la capacité d’accueil des salles à manger, rappelant que la saison froide signifiera aussi la fermeture des terrasses.

«Le chiffre d’affaires présentement est à 70% de celui de 2019», rappelle M. Meunier, qui ne jette pas le blâme sur le passeport.

«C’est plus compliqué dans certaines régions où les gens sont moins vaccinés, mais quand 80% de la population d’une région a son passeport, ce n’est pas ça qui nuit à la fréquentation», plaide-t-il.

Selon sa compréhension, le gouvernement veut voir l’impact de la rentrée sur l’évolution de la pandémie en septembre avant de songer à des assouplissements.

Les clients répondent bien

Dans l'industrie de la restauration, un consensus se dégage sur la réaction des clients au passeport vaccinal.

«Les clients sont très réceptifs, très collaborateurs. Les deux semaines [de grâce] ont été très importantes et bien utiles pour la mécanique. Ce matin les gens étaient prêts et avaient hâte de revenir au restaurant», affirme Jean Julien, des restaurants Normandin.

«Depuis deux semaines, les clients sont très gentils par rapport à l’exigence du passeport. Nous n’avions pas le choix au début de leur donner un coup de main, de leur expliquer le fonctionnement. Parfois les gens n’avaient pas le bon papier ou l’oubliaient à la maison», note Jean Martin, des restaurants Saint-Hubert.

Antoine Rossignol, du Normandin Cap-Rouge, a rencontré «un faible taux» de récalcitrants qui tournaient les talons en sacrant quand le passeport leur était demandé.

«Les gens comprennent et nous n’avons jamais eu de problème», confirme de son côté Annie Marcotte, du Calvados.

Des clients rencontrés ce matin ont affirmé ne pas avoir de difficultés à composer avec le passeport.

«C’est très facile malgré tout. Ça ne nous a pas freinés du tout à venir dans les restaurants. Ça nous permet de vaquer à nos occupations et c’est rassurant», a indiqué Geneviève Lacroix.

«Ça ne me dérange pas du tout. Je respecte la décision des autres. J’ai un ami qui n’a pas voulu se faire vacciner, mais il sait maintenant qu’il ne peut plus se réunir avec notre groupe d’amis. On se protège et on protège les autres», a plaidé pour sa part Laval Girard.

À voir aussi 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres