/sports/baseball
Navigation

«Excité, plus que stressé» - Miguel Cienfuegos

«Excité, plus que stressé» - Miguel Cienfuegos
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le lanceur québécois Miguel Cienfuegos a la confiance du gérant Patrick Scalabrini pour entamer le match de vendredi soir, à Québec, lors des séries éliminatoires de la Ligue Frontier. Croyant en ses moyens, le jeune homme de 24 ans n’a pas l’intention de décevoir l'entraîneur d'Équipe Québec, pas plus que les 2800 spectateurs attendus au Stade Canac. 

«Je suis excité, plus que stressé, a commenté Cienfuegos, joint au téléphone à la veille de cette partie face aux Wild Things de Washington. C’est un match important, mais c’est la suite d’autres matchs importants vécus dans la saison, quand on luttait pour le premier rang de la division et s’assurer d’une place en séries.»

Avec une égalité de 1 à 1 dans cette demi-finale 3 de 5, Cienfuegos mentionne le besoin de garder les choses simples pour lui et ses coéquipiers. Car l'attaque aura aussi besoin de contribuer en générant quelques points.

«L’idée est de ne pas vouloir trop en faire, a-t-il indiqué. Avec mon receveur, il faudra faire une bonne sélection de lancers et ce sera à moi de bien exécuter et exploiter les faiblesses de l’adversaire, en lançant à l’intérieur ou à l’extérieur.»

Pour l’appuyer, en plus de sa défensive, Cienfuegos pourra sans doute compter sur la foule.

«À 100 %, je veux me nourrir de l’énergie des partisans», a projeté le Québécois, qui s’attend à une ambiance survoltée.

«Excité, plus que stressé» - Miguel Cienfuegos
Photo Didier Debusschère

Un président fébrile

À l’extérieur du terrain, le président Michel Laplante est également fébrile en vue de la soirée, vantant le jeu intense présenté par le club tout au long de la saison.

«Nous avons une équipe comme on voyait davantage il y a 25 ans, a décrit Laplante, pensant notamment aux Expos de Montréal du milieu des années 1990. Ça joue vite et ça court. On fait les petites choses, comme faire avancer un coureur. En défensive, on réussit les petits jeux et il y a les voltigeurs qui ne concèdent pas le double, même si la balle est frappée solidement.»

«Quand on repense au début de la saison, on espérait juste pouvoir présenter [à domicile] des matchs de saison régulière à partir du mois de juillet, a par ailleurs rappelé Laplante. Ce qui se passe présentement est spécial et l’ambiance des séries, à Québec, c’est unique. Avec la structure du stade, la foule peut être bruyante et cela contribue certainement au niveau d’excitation pour les joueurs et l’organisation.»

Les Wild Things n’ont qu’à bien se tenir, d’autant plus qu’on annonce beau et chaud. Le premier lancer est prévu aux alentours de 19 h.

  • Rappelons que le quatrième match de la série entre Équipe Québec et les Wild Things est pour sa part prévu samedi, à compter de 18 h 05, au Stade Quillorama, à Trois-Rivières.
«Excité, plus que stressé» - Miguel Cienfuegos
Photo Didier Debusschère