/sports/racing
Navigation

Cyclisme: l’expérience et la fougue réunies

Guillaume Boivin sera la carte maîtresse du Canada au mondial sur route

CYCLING-FRA-DAUPHINE
Photo d’archives, AFP Antoine Duchesne croit que le Canada sera en mesure de tirer son épingle du jeu à l’occasion de la course sur route des mondiaux de cyclisme.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Champion canadien au contre-la-montre en Beauce, vendredi dernier, Hugo Houle reprend le collier, dimanche en Belgique, à l’occasion du championnat mondial de vélo sur route.

• À lire aussi: Nickolas Zukowsky : un élève motivé aux Mondiaux

• À lire aussi: De l'espoir pour l'équipe d'Hugo Houle

• À lire aussi: Hugo Houle retrouve la forme

Fort d’une très bonne 13e position aux Jeux olympiques cet été à Tokyo à l’épreuve de l’effort en solitaire, Houle sera-t-il en mesure de récidiver ?

« J’ai réussi une bonne performance au national et j’avais de bonnes sensations, mais je serais le premier surpris si je fais aussi bien au mondial, a raconté Houle. Le peloton sera plus relevé qu’à Tokyo et je ne suis pas dans une aussi bonne forme qu’aux Jeux. Le parcours a la même distance (44 km), mais c’est plus plat et donc moins avantageux pour moi. Si je termine dans le top 15, je serai déjà très content. »

Bonne équipe

Même si Michael Woods ne sera pas présent au mondial, Antoine Duchesne croit que le Canada peut tirer son épingle du jeu lors de l’épreuve sur route qui sera disputée le 26 septembre. Le Canada comptera six coureurs à la ligne de départ en raison des points obtenus par Woods au cours de la dernière année.

« On mise sur l’une des plus belles équipes depuis longtemps, a affirmé Antoine Duchesne. On mise sur trois vétérans [Duchesne, Houle et Guillaume Boivin] en super bonne forme qui ont livré une belle performance aux nationaux et les jeunes marchent très bien. La présence de trois vétérans et de trois jeunes fougueux forme un bon combo. Nous n’avons pas un coureur parmi les favoris et ne sommes pas un pays parmi les favoris, mais nous n’avons à rougir devant personne. »

Duchesne croit d’ailleurs que Boivin pourrait se démarquer.

« Guillaume est notre plus grosse pièce, a imagé le coureur natif du Saguenay au sujet du vainqueur de la course sur route des nationaux. C’est un parcours qui lui convient bien. C’est un parcours pas très dur, mais où il y aura plusieurs relances. Ça va être une bataille de placement et il faudra être concentré pendant six heures parce que la course peut se perdre très tôt. Tous les coureurs devront faire beaucoup de sacrifices, mais nous avons les outils pour amener nos deux meilleurs éléments en bon état pour le dernier droit. Le travail de l’équipe sera beaucoup plus important qu’en 2019 à Innsbruck quand Michael avait remporté le bronze. »

Houle partage le point de vue de Duchesne au sujet de Boivin.

« Guillaume affiche une belle forme alors que ma préparation a été axée principalement sur le contre-la-montre et que j’ai limité les longues sorties, a-t-il expliqué. Il y aura plusieurs petites bosses et de nombreux changements de direction. Nous aurons un coup à jouer. »

Un Duschesne plus fort qu’avant

Duchesne affiche de son côté sa plus belle forme depuis son opération.

« Je suis vraiment content où je suis, compte tenu d’où je suis parti, a-t-il résumé. Je suis en forme, motivé et en santé. Je ne peux pas demander mieux en fin de saison. Je suis un peu plus fort qu’avant mon opération, mais tout le monde a continué de progresser et il m’en manque un peu pour les rejoindre. »

Une invitation plus rapide que prévu  

QUÉBEC | Sa sélection pour le championnat mondial élite a représenté toute une surprise pour le cycliste québécois Pier-André Côté.

Même s’il connaît une bonne saison avec la formation pro continentale Rally Cycling, le cycliste de 24 ans de Lévis ne s’attendait pas à vivre son baptême du mondial élite dès cette année.

« Ma sélection excède mes attentes, avoue Côté. Il y a deux ans à ma dernière participation au mondial U-23, je m’étais fait à l’idée qu’il s’agissait de mon dernier mondial pour un petit bout. Il y a un gros bassin de coureurs au Canada et je me disais que j’aurais besoin de quelques années de développement pour atteindre le niveau souhaité. »

Apprendre des vétérans

Du 19 au 26 septembre en Belgique, Côté aura l’occasion de côtoyer les vétérans du World Tour Hugo Houle, Antoine Duchesne et Guillaume Boivin.

« C’est un projet qui a beaucoup de valeur à mes yeux et qui va m’être utile pour la balance de ma carrière, souligne-t-il. J’aurai l’occasion d’apprendre auprès de coureurs avec une grande expérience. Ça va être une fierté de les appuyer et de contribuer à leurs succès. »

Un retour au Québec en juin a été salutaire pour Côté.

« Depuis mon retour en Europe à la mi-juillet, ma condition est vraiment bonne, affirme-t-il. J’ai connu un bon deuxième bloc de courses depuis mon retour. Je n’ai pas obtenu de résultats éclatants, mais je suis constant et je me retrouve dans les groupes sélectifs. Il reste à concrétiser un résultat, mais ça pointe dans la bonne direction. »

Vers une nouvelle entente

Côté est confiant de parapher une nouvelle entente avec Rally Cycling au terme de la présente saison.

« Les négociations se poursuivent et je n’ai pas trop d’inquiétudes que je vais obtenir une opportunité de poursuivre, souligne Côté qui participait au Tour du Luxembourg au moment de notre entretien. Je suis vraiment heureux avec Rally Cycling et il s’agit d’une belle place pour me développer. À 24 ans, je n’ai pas encore ce qu’il faut pour accéder au World Tour, mais je ne suis pas pressé. »

Coéquipier de Côté avec la formation américaine, Nickolas Zukowsky vivra lui aussi son baptême au mondial élite.

« Nous sommes tous les deux dans le même bateau », image Côté qui prendra le départ de la course sur route le 26. Quant à Zukowsky, il s’alignera aussi au contre-la-montre, samedi.