/sports/others
Navigation

Vélo de montagne: Tristan Lemire finit en force

Le jeune Québécois enregistre un premier podium en fin de saison sur le circuit de la Coupe du monde

Tristan Lemire
Photo courtoisie, Commencal Muc-Off Tristan Lemire est tout feu tout flamme en cette fin de saison.

Coup d'oeil sur cet article

Fort de son premier podium en carrière, mercredi, sur le circuit de la Coupe du monde de descente de vélo de montagne, Tristan Lemire souhaite terminer sa saison en force.

Dès vendredi, celui qui occupe le sixième rang du classement général chez les juniors tente de se qualifier pour la dernière course de la saison à Snowshoe, en Virginie occidentale. 

Mercredi, Lemire, 17 ans, a finalement coché l’un de ses principaux objectifs dans cette première saison sur le circuit mondial. Il a monté sur la troisième marche du podium sur cette même montagne des Adirondacks, hôte d’un programme double cette semaine. 

Un véritable soulagement pour le représentant de l’équipe française Commencal Muc-Off by Riding Addiction. Il avait mis la barre haut dès sa campagne recrue. 

« Ça fait grand bien. Je suis heureux de constater que tout le travail réalisé depuis des mois porte enfin ses fruits, a-t-il signalé en entrevue au Journal depuis Snowshoe. J’ai réussi une belle descente et j’ai terminé avec un bon résultat. » 

Derrière les meneurs

En effet, avec un chrono de 3 min, 22 s, 191, Lemire n’a accusé qu’un retard de deux secondes sur le Canadien Jackson Goldstone et cinq secondes sur le vainqueur, le Britannique Jordan Williams. Ceux-ci sont engagés dans une lutte à finir au sommet du classement général junior.

Cette bonne performance lui a donc insufflé de la confiance en prévision de l’épreuve finale, samedi. Il a retrouvé la rage de gagner et son instinct sur la piste. Car un début de saison sous les attentes en raison de l’absence de courses en 2020 a expliqué sa lente mise en marche. Il a su progresser au fil des semaines et des cinq épreuves au calendrier depuis juin. 

« C’est un poids de moins sur mes épaules. Je n’avais pas très bien réussi à ma première course en Autriche où j’avais terminé 16e. Et je m’attendais à plus qu’une 10e place lors de la descente en France au début de juillet, a expliqué le jeune Québécois avec son nouvel accent français. 

« Mon retour à la maison cet été m’a fait du bien, a-t-il enchaîné. J’ai pu retrouver mes habitudes et faire des descentes dans le plaisir avec mes amis à Bromont. Quand je suis revenu à la troisième manche de la Coupe du monde, j’ai vu une bonne différence. J’ai terminé 5e. C’était un beau pas vers l’avant. » 

À l’arrêt du circuit en Suisse, Lemire a continué dans la même direction alors qu’il a raté le podium par 1,5 seconde. 

« C’était une question de temps avant d’y accéder. Et c’est exactement ce que j’ai fait ici à Snowshoe », a-t-il souligné avec fierté au bout du fil.

Retour bénéfique

C’est donc dire que l’air des Cantons-de-l’Est et son retour aux sources lui ont fait grand bien. « Ça m’a aidé mentalement. Je n’étais pas constamment en mode de compétition. Ça faisait longtemps que je n’avais pas goûté au plaisir du vélo avec mes amis. » 

Samedi, il vise un autre podium sur une piste qu’il a appris à connaître depuis le début de la semaine. Le tracé sera légèrement différent selon les sections. C’est pourquoi il espère d’ailleurs améliorer son troisième rang et pourquoi pas, grimper sur la plus haute marche. Il réaliserait ainsi un autre de ses plus beaux objectifs de la saison 2021. Avec une autre solide descente, un top 5 au classement général final est à sa portée.

En posant les pieds aux États-Unis, Lemire a d’ailleurs ramené tous ses bagages. Dès dimanche soir, il rentrera à la maison pour l’automne. L’instant de quelques mois, terminé les descentes à vive allure sur les tracés de la Coupe du monde. Sa première année de cégep et des cours de conduite l’attendent.