/finance
Navigation

Des millions $ en fonds publics pour l’événement des Desmarais

Plus de 9 millions $ de commandites en cinq ans pour le Forum des Amériques

Coup d'oeil sur cet article

Près de 2 M$ de fonds publics ont encore été octroyés cette année à la Conférence de Montréal présentée par Power Corporation, qui attire le gratin du monde des affaires avec ses billets VIP à 3500 $.

« L’État n’a pas à payer pour ça. Le gouvernement du Québec a des moyens limités. Plutôt que de donner de l’argent à une conférence de milliardaires, il faudrait penser à la santé et à l’éducation », estime Renaud Brossard, directeur québécois de la Fédération canadienne des contribuables (FCC).

Cette semaine, le v.-p., contenu et affaires externes du Forum économique international des Amériques, Cédric Muller, a dit que son financement est très majoritairement privé, sans fournir de détails sur la rencontre, qui a comme président et chef de la direction ​Nicholas Rémillard.

« Pour des raisons de confidentialité, nous ne dévoilons pas le coût total de l’événement comme chaque année », s’est-il limité à dire au Journal.

Cette année, quelque 1,7 M$ de fonds des gouvernements, de sociétés d’État et d’universités ont été versés à la conférence, dont le billet VIP coûte 3500 $.

Au Journal, son vice-président Cédric Muller insiste : les conférences en ligne sont gratuites. Tout le monde peut y assister avec possibilité de réseautage virtuel. L’événement est en mode hybride cette année, COVID-19 oblige.

  • Écoutez la chronique de Michel Girard au micro de Philippe-Vincent Foisy sur Qub radio:

On voit une salle quasi vide, hier.
Photo Francis Halin
On voit une salle quasi vide, hier.

Pour M. Brossard, l’argument ne passe pas.

« Je pense qu’une mère monoparentale au Saguenay aura de la misère à payer un billet à 3500 $. Je ne pense pas non plus qu’elle aura le temps d’aller voir les conférences en ligne », rétorque-t-il.

Pour Michel Séguin, professeur et expert en éthique de l’UQAM, ce type de conférence peut au contraire porter fruit.

« Est-ce que le fait de contribuer à ces activités aura pour conséquence de profiter aux plus démunis de la société ? Souvent, on peut penser que oui parce que ça va créer du développement économique et des emplois », dit-il.

Mercredi dernier, Paul Desmarais III a décliné sur place la demande d’entrevue du Journal, avant sa conférence offerte en anglais seulement avec le PDG de Nestlé, Mark Schneider, à distance.

Le français fort discret

Au Journal, un membre de l’organisation a indiqué que personne dans la journée n’avait fait la demande de casque de traduction simultanée en français.

Le lendemain, Le Journal a constaté qu’il y avait souvent plus de membres de l’équipe technique que de participants dans les grandes salles de conférence, en modèle hybride cette année en raison de la COVID-19.

L’anglais prédominait aussi souvent les échanges, éclipsant le français.

– Avec Martin Jolicoeur


Cette année, le ministère des Relations internationales et de la Francophonie a octroyé 400 000 $ à la conférence pour positionner le Québec comme « une destination d’affaires incontournable ».

Conférence de Montréal  

Fonds publics  

  • 2021 : 1,7 M$  
  • 2020 : 1,9 M$  
  • 2019 : 2,1 M$  
  • 2018 : 1,6 M$  
  • 2017 : 1,8 M$  
  • TOTAL : 9,1 M$   

Source : partenaires financiers de la Conférence de Montréal