/news/currentevents
Navigation

La prison aux États-Unis pour un fraudeur d’ici

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais qui a floué des milliers d’entreprises américaines en cinq ans avec un stratagème de télémarketing frauduleux a écopé de 30 mois de prison aux États-Unis et devra rembourser au moins 1,4 million $ à ses victimes.

Athanasios Vouloukos, âgé de 48 ans, a été condamné mardi pour son implication, avec d’autres complices, dans cette vaste arnaque, peut-on lire dans un document du tribunal du district Nord de Californie. 

Leur stratagème était fort simple : d’un centre d’appel opéré au Canada, les fraudeurs contactaient aléatoirement des petites entreprises américaines en leur faisant croire qu’elles avaient commandé un service afin d’améliorer leur présence en ligne et qu’elles devaient maintenant payer la facture.

En réalité, ces services n’existaient pas, précise-t-on dans un résumé du jugement. 

3 M$ soutirés 

Sur une période de cinq ans, des milliers d’entreprises ont tout de même payé près de 500 dollars américains chacune pour ces services fictifs.

Ainsi, le résident de l’arrondissement de Saint-Laurent à Montréal a recueilli frauduleusement, avec ses complices, plus de 3 M$ américains.

Les victimes envoyaient leur chèque par courrier dans des boîtes aux lettres aux États-Unis qui avaient comme instruction de faire suivre le courrier au Canada.

La majorité des chèques ont par la suite été encaissés dans des comptes bancaires canadiens.

rembourser les victimes 

Lorsqu’il avait plaidé coupable en janvier 2020, Vouloukos s’était engagé à rembourser un montant d’au moins 1,4 million $ américains en dédommagement aux entreprises qui se sont fait prendre au piège par ce stratagème.

Toutefois, le Tribunal a aussi ordonné, mardi, la tenue d’une audience le 8 octobre prochain pour déterminer le montant total de la restitution qu’il devra payer.

En plus de sa peine de 30 mois de prison pour conspiration de fraude postale, le Montréalais devra se soumettre à une période de supervision de trois ans après sa sortie du centre de détention.