/weekend
Navigation

Distorsion 2: encore plus de dossiers tordus

Sébastien Lévesque
Photo courtoisie, François Couture Émile Gauthier et Sébastien Lévesque

Coup d'oeil sur cet article

Tous deux professionnels en communication et marketing numérique, Émile Gauthier et Sébastien font un tabac depuis 2017 avec leur balado, Distorsion. Après la sortie d’un premier livre, ils proposent à leurs fans encore plus d’histoires tordues dénichées dans les bas-fonds d’internet avec Distorsion 2. Accrochez-vous bien, ils vous en feront voir de toutes les couleurs. 

<b><i>Distorsion, tome 2</i></b><br/>
Émile Gauthier et Sébastien Lévesque<br/>
illustrations de RUN<br/>
Les Éditions de l’Homme<br/>
242 pages<br/>
En librairie le 15 septembre
Photo courtoisie
Distorsion, tome 2
Émile Gauthier et Sébastien Lévesque
illustrations de RUN
Les Éditions de l’Homme
242 pages
En librairie le 15 septembre

Émile et Sébastien ont déniché quantité de nouvelles histoires à donner froid dans le dos : un assassinat sur Instagram, une téléréalité insolite, un manoir d’épouvante, un cas de radicalisation en ligne, un meurtrier qui recrute ses victimes sur Twitter. 

En plus de fournir de la matière à réfléchir sur notre utilisation du web, ils présentent même une « mini-disto » que les fans ne voudront pas manquer et une recette de tarte à la lime inspirée par le mystérieux capitaine Kutchie. 

Inquiétant ?

Y a-t-il de quoi s’inquiéter, devant tout ce qui se passe avec le web et les nouvelles technologies de communications ? Sébastien Lévesque, spécialiste de la question, donne son opinion. « Oui, c’est épeurant. On dirait qu’il y a des problèmes qui s’amplifient avec le web et les chambres à écho sur les réseaux sociaux, comme la radicalisation et les algorithmes qui nous montrent juste du contenu qu’on aime. Ils ne tracent pas nécessairement une ligne éditoriale entre le bien et le mal. Qui peut décider du bien et du mal ? C’est vraiment l’enjeu des réseaux sociaux et de leur contenu. »

Sébastien confie que parfois, ça l’angoisse. « Moi, dans la vie, je suis un stratège numérique. Je suis dans le numérique à longueur de journée. Tous nos appareils, comme les Alexa qui rentrent dans les maisons, créent beaucoup d’enjeux, note-t-il. Le numérique, ça a beaucoup de bon, mais aussi beaucoup de nouvelles choses auxquelles l’humanité devra ensuite s’adapter. J’ai cette impression-là. »

Nouveaux dangers

Réalité virtuelle, fausses identités, maniaques sur le web... les dangers abondent, même si on reste peinard à la maison. « On n’a pas la même liberté qu’avant. Quand j’étais enfant, nos parents nous laissaient jouer dehors toute la journée et on revenait à l’heure des repas. Maintenant, on ne fait pas ça ! Il y a trop de monde weird un peu partout. » Et ce n’est guère mieux sur internet...

Dans une de leurs histoires, Émile et Sébastien font référence à une tuerie qui a été évitée à Halifax. « Les autorités ont retracé le parcours de la personne, sa radicalisation qui s’est amplifiée au fil du temps, parce qu’elle s’était mise à triper sur les Columbiners – les gens qui ont fait la tuerie de Columbine », relate-t-il, en faisant référence à une fusillade survenue dans une école secondaire américaine en 1999.

Sébastien trouve que c’est un gros défi, pour les parents, d’arriver à « contrôler », avec de gros guillemets, ce que les enfants font sur le web. « L’éducation de la pensée critique va jouer un rôle », croit-il. 

Les dérives du web

Au cours des derniers mois, outre une augmentation de la haine, ce qui lui a « sauté dans la face », ajoute-t-il, c’est la manière dont les gens s’informent en ligne. Il a observé avec stupéfaction que des adultes qu’il croyait intelligents sont tombés dans différents pièges. 

Dans Distorsion 2, Émile et Sébastien alignent les projecteurs sur les dérives du Net et des réseaux sociaux, qui peuvent vite devenir des nids de vipères. Ils sont choqués par ce qu’ils découvrent, d’ailleurs. « On est tout le temps surpris, en choc. La plupart du temps, ça nous dépasse complètement. On est surpris de voir à quel point l’humain peut aller loin. » 


♦ Émile Gauthier et Sébastien Lévesque sont deux professionnels en communication et marketing numérique.

♦ Le soir venu, ils patrouillent dans les bas-fonds du web afin de dénicher des histoires obscures qui remettent en question notre rapport aux technologies de l’information.

♦ Leur balado, créé en 2017, a atteint le top des palmarès au Canada et en France.