/news/elections
Navigation

[SONDAGE] Guide de l'électeur: conservateurs et libéraux presque ex aequo

Les Canadiens sont divisés sur la couleur du prochain gouvernement, démontre un sondage Léger

[SONDAGE] Guide de l'électeur: conservateurs et libéraux presque ex aequo

Coup d'oeil sur cet article

La soirée électorale risque de réserver bien des surprises : à deux jours du vote, conservateurs et libéraux sont au coude-à-coude. Et la question sur le « racisme » des Québécois lors du débat en anglais continue de brouiller les cartes, en alimentant la montée du Bloc.

• À lire aussi: Guide de l’électeur: avec un gouvernement minoritaire, tout peut arriver

Parties avec cinq points d’avance, les troupes de Justin Trudeau se retrouvent désormais tout juste derrière les conservateurs d’Erin O’Toole, avec respectivement 32 % et 33 % des intentions de vote, révèle un coup de sonde de la firme Léger réalisé pour Le Journal et le National Post.

L’écart est si serré que le sondeur n’ose pas se prononcer sur l’issue des élections lundi. 

« Avec un résultat comme celui-là, en termes de sièges, ça devient plus hasardeux, affirme le sondeur Jean-Marc Léger. [...] Ça va être encore plus serré que la dernière fois. » En 2019, les conservateurs avaient remporté le vote populaire, mais obtenu moins de sièges que les libéraux. 

Le Canada semble se diriger à nouveau vers un gouvernement minoritaire à Ottawa, mais encore là tout pourrait changer en fonction de « deux ou trois points, ce qui représente la marge d’erreur ».

La question du racisme

Au Québec, la question sur le supposé « problème de racisme » des Québécois lors du débat en anglais continue d’alimenter la flamme nationaliste. Le Bloc québécois a connu une hausse de 5 % depuis que l’accusation a été lancée par la modératrice.

Il faut dire que la question a grandement occupé l’actualité, avec une sortie du premier ministre François Legault et deux motions adoptées à l’Assemblée nationale. Les chefs fédéralistes ont également dû se prononcer à plusieurs reprises sur le sujet.

« Ça a nui aux libéraux, mais également empêché la montée des conservateurs au Québec », note Jean-Marc Léger.

Ailleurs au pays, c’est plutôt la formation de Maxime Bernier qui joue les trouble-fête dans la campagne des conservateurs. En misant sur la grogne contre les mesures sanitaires, le Parti populaire du Canada va chercher jusqu’à 10 % des intentions de vote dans les Prairies.

« C’est significatif, ils ont un rôle. La grande question qu’on se pose avec le PPC c’est : iront-ils voter ? » demande le sondeur, en rappelant que les partisans de Mad Max sont à la fois antisystèmes et opposés au port du masque, en vigueur dans les bureaux de vote.

Mais le resserrement récent des restrictions sanitaires dans les Prairies et en Alberta pourrait jeter de l’huile sur le feu. Bien que les tiers partis soient souvent surévalués, les partisans du PPC sont les électeurs les plus motivés, explique le sondeur.

Faire sortir le vote

Dans le dernier droit de la campagne, ce week-end, les deux partis qui aspirent à gouverner devront convaincre leurs électeurs de se rendre aux urnes. 

« C’est une bataille pour le taux de votation, dit Jean-Marc Léger. Celui qui va s’assurer de motiver ses troupes pour aller voter va l’emporter. »  


Boudés par les non-francos ? 

L’appui des libéraux à la réforme de la loi 101 pourrait nuire aux troupes de Justin Trudeau dans les comtés du Québec où on retrouve d’importantes communautés non francophones, croit le sondeur. Le PLC y récolte toujours 50 % des voix, mais il s’agit d’une baisse sur les années précédentes, explique Jean-Marc Léger.  

Par contre, le PLC pourrait bénéficier d’un vote stratégique si les électeurs néo-démocrates décident de se rallier à Justin Trudeau pour bloquer la voie aux conservateurs.   


Un vote conservateur mieux réparti

Contrairement à Andrew Scheer en 2019, le chef conservateur Erin O’Toole semble avoir réussi à recentrer son parti afin de réaliser des gains dans l’Est. « Le vote conservateur est mieux réparti qu’il ne l’était la dernière fois », dit Jean-Marc Léger, en notant entre autres une hausse dans les provinces atlantiques. 

Mais Maxime Bernier pourrait priver son ancien parti d’un retour aux commandes de l’État. « Si le PPC n’était pas là, aujourd’hui on dirait que les conservateurs se dirigent vers le pouvoir », note le sondeur.

Si des élections FÉDÉRALES avaient lieu aujourd’hui, pour quel parti auriez-vous l’intention de voter?   

  • Parti conservateur du Canada : 33 %  
  • Parti libéral du Canada : 32 %   
  • Nouveau parti démocratique : 19 %   
  • Bloc Québécois : 7 %  
  • Parti populaire du Canada : 6 %   
  • Parti vert du Canada : 2 %    

Intention de vote au Québec selon la langue  


Québec  Franco. Non Franco.
Parti libéral  33 %  28 % 48 %
Bloc Québécois  32 % 38 % 10 %
Parti conservateur  19 % 19 % 17 %
Nouveau parti démocratique  11 % 10 % 17 % 

Méthodologie        

1541 Canadiens ont été sondés via un panel web, auquel a été ajouté un suréchantillonnage de 604 Québécois. Les données ont été collectées du 14 au 17 septembre 2021 et pondérées en fonction des facteurs sociodémographiques. Il n’est pas possible de mesurer la marge d’erreur sur un panel, mais à titre comparatif, un échantillon de 1541 personnes représente une marge d’erreur de 2,5 %, 19 fois sur 20. 


Faites la différence.

Les résultats de ce sondage vous font réagir ? Envoyez-nous vos lettres d’opinion pour participer à la discussion à l’adresse suivante : faitesladifference@quebecormedia.com

Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages?

Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw62