/weekend
Navigation

«J’ai besoin d’avoir du plaisir » -Guillaume Lemay-Thivierge

WE 0918 Guillaume Lemay-Thivierge
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Récemment, Guillaume Lemay-Thivierge a rêvé qu’il jouait dans Mission impossible. Une fois réveillé, le comédien de 45 ans a concocté une capsule montrant les différents types de cascades qu’il pouvait accomplir, dans laquelle il s’adressait directement à Tom Cruise pour offrir ses services. Mais à la fin, il n’a jamais envoyé la vidéo. « Je me suis dit que s’il fallait que Tom m’appelle, je serais obligé de refuser tellement mon horaire est chargé ! »

Plusieurs projets dominent l’agenda 2021 de Guillaume Lemay-Thivierge. L’un d’eux s’intitule Chanteurs masqués, l’une des nouveautés les plus attendues de l’automne en télévision.

Dans cette adaptation québécoise d’un format sud-coréen intitulé The King of Masked Singer, des personnalités bien connues du grand public montent sur scène et livrent des performances vocales vêtues de costumes si extravagants (dinde noire, poutine, etc.) qu’ils nous empêchent de deviner leur véritable identité.

À titre d’animateur, le comédien dirige un panel formé de cinq juges-enquêteurs vedettes, qui essaieront chaque semaine de démasquer ces drôles de mascottes.

En entrevue au Journal, Guillaume Lemay-Thivierge admet avoir longuement hésité avant d’accepter l’offre de Productions Déferlantes (La Voix, Star Académie) et TVA.

« J’ai discuté avec des gens proches de moi, relate l’acteur, rencontré à Montréal au terme d’une séance photo pour accompagner cet article. Ils m’ont fait réaliser que comme téléspectateurs, et particulièrement cette année, on avait juste besoin de s’amuser et d’arrêter de réfléchir. Et Chanteurs masqués, c’est parfait pour ça : c’est une émission de divertissement pur, qui n’est pas méchante. Ça fait du bien de tomber dans quelque chose de ludique comme ça. »

Dans son top 5

Guillaume Lemay-Thivierge semble prendre son pied aux commandes de Chanteurs masqués. Les plus cyniques diront qu’en tant qu’acteur, la vedette du Matou (1985) sait comment feindre l’émotion depuis plusieurs décennies. 

Mais l’enthousiasme débordant avec lequel il parle de l’émission est sincère... et étonnamment contagieux.

« C’est l’un des projets les plus tripants auxquels j’ai participé ! lance l’animateur avec ardeur. Dans le top 5 des plus l’fun, c’est sûr ! »

L’entourage

L’équipe derrière l’émission, qui comprend notamment le réalisateur Luc Sirois (En direct de l’univers), contribue à décupler le bonheur de Guillaume Lemay-Thivierge. Autre facteur non négligeable : le nom d’Émily Bégin, sa conjointe, figure au générique. La chanteuse et mère de Théodore, leur fils de quatre ans, assiste la metteuse en scène, Geneviève Dorion-Coupal.

Leur présence réjouit Guillaume Lemay-Thivierge, car depuis quelques années, le père de famille choisit ses projets en grande partie à cause des gens qui s’y rattachent.

« J’ai besoin d’avoir du plaisir. L’autre jour, je rencontrais une réalisatrice pour parler d’un rôle. Elle m’a dit : “Je vais te raconter l’histoire...” Je l’ai arrêtée tout de suite en disant : “Non, raconte-moi pas l’histoire. Dis-moi plutôt avec qui on travaille. Qui sont les gens qui vont être autour de moi ?” En début de carrière, j’accordais beaucoup d’importance aux personnages que j’allais jouer, alors qu’aujourd’hui, c’est la dernière affaire qui m’intéresse. Je ne suis plus là-dedans. L’important, c’est l’équipe. »

« Pour moi, la clé, c’est qu’il faut que j’aie l’impression d’aller m’amuser. Je suis un éternel adolescent ; je suis un gars qui a besoin d’avoir du plaisir. Ça ne peut pas être une charge de travail désagréable. Si c’est le cas, je vais m’en aller tout de suite. Je suis prêt à briser des contrats, quitte à perdre des sous. »

De grandes espérances

Cet automne, TVA mise beaucoup sur Chanteurs masqués pour confirmer sa position au sommet du palmarès des cotes d’écoute. D’après les premières images diffusées, le réseau a sorti l’artillerie lourde pour transformer sa nouveauté en succès instantané.

Aux dires de Guillaume Lemay-Thivierge, le triomphe est assuré.

« Je l’ai callé après les premières répétitions. La Voix québécoise est devenue une référence dans le monde. Chanteurs masqués va faire pareil. La scénographie, les éclairages, les costumes... C’est hyper impressionnant. Les gens vont faire : “Ben voyons donc ! Qu’est-ce que c’est ça ?” Je sais qu’on va péter des scores. »

« J’ai regardé les versions française et américaine, poursuit l’animateur. Les Français parlent beaucoup trop. C’est interminable. Ils n’en reviennent pas de dire qu’ils n’en reviennent pas. Ils font une émission de deux heures, mais après une heure, t’es écœuré. Quant au show américain, tout est tellement trop placé. Leurs répliques sont prêtes. Tout est formaté. Nous, c’est un mix entre les deux. On a des trucs préparés, mais on peut aussi être spontané. C’est le meilleur des deux mondes. »


TVA présente Chanteurs masqués dès dimanche à 18 h 30. 

Le panel  

Dans Chanteurs masqués, Guillaume Lemay-Thivierge dirige un panel composé de cinq juges-enquêteurs qui tenteront de démasquer les concurrents vedettes. Nous avons demandé au comédien et animateur de livrer ses commentaires sur chacun d’eux. 

ANOUK MEUNIER  

WE 0918 Guillaume Lemay-Thivierge
Photo courtoisie

« En plus d’être belle comme un cœur, elle connaît tellement les artistes ! Elle a un style d’analyse bien personnel. Elle propose des affaires auxquelles on n’aurait jamais pensé. Et chaque fois qu’elle suggère un nom, on est comme : Ah ben oui ! » 

SAM BRETON  

WE 0918 Guillaume Lemay-Thivierge
Photo courtoisie

« Peu importe ce qu’il dit, on l’aime. C’est vraiment un chic type. Il n’est pas mesquin, il n’est pas méchant. Il peut être dur à suivre, mais j’adore son humour. Dans ses analyses, il peut sortir des criss de niaiseries vraiment drôles, et tout de suite après, il peut arriver avec quelque chose d’hyper pertinent. C’est tripant au bout ! » 

MARC DUPRÉ 

WE 0918 Guillaume Lemay-Thivierge
Photo courtoisie

« Marc, c’est l’oreille fine, la répartie, la chaleur. C’est le gars que tu veux avoir dans ton équipe. C’est un gars de gang. C’est un père de famille. C’est un rassembleur. C’est un sportif dans l’analyse. » 

VÉRONIC DICAIRE  

WE 0918 Guillaume Lemay-Thivierge
Photo courtoisie

« Avec Véronic, on est ailleurs. Dans un univers complètement différent. Elle apprécie les performances. À tous niveaux. Les costumes sont beaux ? Elle se lève. Elle pense qu’elle reconnaît une voix ? Elle se lève. Quelque chose vient l’émouvoir ? Elle se lève. » 

STÉPHANE ROUSSEAU 

WE 0918 Guillaume Lemay-Thivierge
Photo courtoisie

« C’est un homme que j’admire énormément. Je trouve qu’il a tous les talents. C’est un cheval de course. Tu peux toujours compter sur lui. Il peut rebondir sur n’importe quoi. » 

Retour au poste  

WE 0918 Guillaume Lemay-Thivierge
Photo courtoisie

Encore une fois cette année, Guillaume Lemay-Thivierge devrait réaliser quelques épisodes de District 31. Pour l’acteur, se retrouver derrière l’objectif du populaire drame policier relève de l’entraînement physique et mental.

« J’aime être dans cet état. J’aime l’adrénaline. Et j’aime surtout travailler avec d’aussi bons acteurs. C’est des chevaux de course, toute la gang. »

C’est en 2019 que Guillaume Lemay-Thivierge a intégré l’équipe de District 31. Le tout, après un appel de Fabienne Larouche, la productrice du populaire feuilleton. La paire semble entretenir une relation professionnelle harmonieuse, mais qui n’a rien d’un long fleuve tranquille.

« Quand tu envoies les épisodes montés à Fabienne, tu sais jamais... Des fois, elle répond : “C’est super bon !” D’autres fois, elle répond : “C’est quoi ça ?” C’est un coup de dés ! Pis on s’obstine, on s’raccroche la ligne au nez... C’est notre dynamique. »

Un gars de terrain

Bien qu’il aime diriger des plateaux, Guillaume Lemay-Thivierge ne croit pas qu’il réalisera un jour son propre long métrage. Le touche-à-tout, qui possède toujours son école de parachutisme, affirme manquer de patience pour accomplir pareil exploit.

« Je ne suis pas un Yan England. Je ne suis pas un Xavier Dolan. Je suis un bûcheron. Est-ce que je veux réaliser un film ? Bien sûr. Mais l’étape du financement auprès des institutions, je n’ai pas de patience pour ça. Quand ils vont me demander de décrire mon approche, de décrire ma vision... Je n’ai pas de patience pour ça. Je suis un gars de terrain. »

Message aux haters

Guillaume Lemay-Thivierge n’anime pas seulement Chanteurs masqués cet automne. Avec Émily Bégin, il poursuit l’aventure Si on s’aimait, ce docu-réalité amoureux de TVA dans lequel la sexologue Louise Sigouin accompagne des célibataires qui désirent briser leurs comportements relationnels.

À chaque émission, le couple vedette commente la progression des participants, lesquels font habituellement beaucoup réagir les téléspectateurs. Au printemps dernier, une candidate prénommée Brigitte a essuyé les attaques de plusieurs internautes sur Facebook et Twitter, un comportement que déplore le comédien. « Quand on s’en prend à quelqu’un qui est assez courageux pour montrer sa vulnérabilité et s’ouvrir dans une émission qui, selon moi, sert beaucoup plus qu’elle dessert, ça m’attriste. » Guillaume Lemay-Thivierge, qui n’a jamais été du type à prendre d’assaut les réseaux sociaux pour livrer ses messages, a choisi d’ignorer ces commentaires disgracieux. 

« Je n’ai pas d’énergie à perdre à essayer de convaincre des gens malveillants, méchants, mal intentionnés et bornés. De toute façon, j’ai arrêté de lire les commentaires parce que ça m’affecte. Et je n’ai jamais été capable de répliquer. Je ne suis pas Guy A. Lepage. » 


TVA présente Si on s’aimait du lundi au jeudi à 19 h 30.