/weekend
Navigation

Mystère autour de Robert Johnson

Hervé Gagnon
Pierre-Paul Poulin / Le Journal

Coup d'oeil sur cet article

Inspiré par l’œuvre du légendaire bluesman Robert Johnson, Hervé Gagnon, le maître du polar historique et du thriller ésotérique, propose un voyage dans l’univers de la musique et du delta du Mississippi dans un nouveau roman magistral, Crossroads. Son roman, trempé dans le bourbon, évoque la moiteur des nuits du Sud, les notes lancinantes du blues, les nuits chargées de mystère. Et comme toujours, le surnaturel n’est jamais loin...

L’aventure commence lorsque l’historien Donald Kane et l’anthropologue Virginia Craft reçoivent une lettre de Simone Jackson les invitant à venir les rencontrer pour prendre possession d’objets ayant appartenu au légendaire Robert Johnson.

Le duo d’experts n’a alors rien de plus en tête que la publication d’un article universitaire qui contribuera à l’avancement des connaissances sur les origines du blues.

Mais la vieille dame leur remet une boîte en fer blanc dans laquelle se trouvent des objets étonnants. Ils découvrent un pick et un slide – rien d’étonnant pour un guitariste –, mais aussi un doigt momifié, une amulette de protection, un carnet dans lequel Johnson a transcrit ses chansons et quelques notes disparates. 

Musicien passionné

Lorsque Kane découvre, caché dans la reliure, le texte de la mythique trentième chanson de Robert Johnson, la légende de son pacte avec le diable prend un nouveau sens.

Dès lors, les événements se bousculent pour Kane et Craft. Ils se lancent sur la piste que leur indique le manuscrit et constatent, malgré leur esprit cartésien, que les mauvais sorts s’accumulent. 

Hervé Gagnon, romancier de talent, est aussi un musicien passionné, qui se laisse transporter par le pouvoir évocateur du blues et par l’histoire fascinante de cette musique née dans le sud des États-Unis.

Il rêvait depuis longtemps d’écrire sur Robert Johnson, qui le fascine complètement. 

« Pour moi, Johnson, c’est pas compliqué : j’ai compris la musique à travers Johnson. Je fréquentais un bar de Bagotville quand j’étais ado et c’est comme ça que j’ai découvert le blues. J’ai vu plein de gros noms, dans un sous-sol, dans une petite salle de 200 personnes. »

Aux sources du blues

« J’ai toujours été historien et quand j’aime quelque chose, j’aime comprendre d’où ça vient et pourquoi j’aime ça. Dans ce cas-ci, tous les chemins du rock contemporain mènent à Robert Johnson. Il n’était pas seul – il y en avait plein d’autres –, mais c’est celui dont on se souvient. Et c’est surtout celui que les musiciens de Grande-Bretagne ont découvert dans les années 1960. »

Robert Johnson a été en quelque sorte mythifié. 

« Il y a quelque chose de mystérieux et de tragique autour de Johnson. »

Hervé Gagnon, dans son roman, est allé puiser dans le contexte, dans l’histoire, les légendes et les traditions du sud des États-Unis. 

« Je voulais que le roman soit contemporain, parce que je voulais être capable de regarder, avec un œil détaché, le Sud de cette époque-là. J’ai décidé de sortir de ma zone de confort et de ne pas faire un roman historique. »

Écrire une chanson

Le romancier a tripé pas mal fort et les musiciens en auront pour leur argent en lisant ce roman. 

« J’ai eu un plaisir fou ! »

Il a même écrit une chanson, en la rendant le plus bizarre possible, pour les besoins du roman. 

« J’ai tout décrissé ma toune et je l’ai rendue la plus mauvaise possible, tout en étant assez proche de Johnson pour que ça puisse être crédible en termes de vocabulaire, en termes de forme. J’ai fait toutes sortes de choses qu’il n’aurait jamais faites. Quand j’ai écrit la toune volontairement mauvaise, je savais où j’allais. » 

  • Hervé Gagnon détient un Ph. D. en histoire et deux maîtrises (muséologie et histoire).
  • Après avoir œuvré dans la mise en valeur du patrimoine et l’enseignement universitaire, il a choisi de se consacrer à l’écriture.
  • Il est reconnu comme l’un des maîtres du polar historique et du thriller ésotérique.
  • Ses titres ont reçu de nombreuses récompenses, dont le Prix Arthur-Ellis pour le meilleur polar en français au Canada.
  • Le bluesman québécois Steve Hill fera une chanson de Robert Johnson pour la promotion du livre !

EXTRAIT

<b>Crossroads</b><br />
Hervé Gagnon<br/>
Éditions Hugo et Cie<br/>
environ 532 pages<br/>
En librairie le 20 septembre
Photo courtoisie
Crossroads
Hervé Gagnon
Éditions Hugo et Cie
environ 532 pages
En librairie le 20 septembre

« Pour la forme, Bobby Spencer fit mine de réfléchir, mais sa décision était déjà prise. Pour jouer comme cet homme, il était prêt à donner bien plus, même si chaque dollar gagné lui était précieux. Il fouilla dans la poche de son pantalon, en sortit un billet d’un dollar chiffonné, le lissa un peu et le lui donna. L’homme au chapeau l’accepta avec le sourire et, d’un geste de prestidigitateur, le fit disparaître dans la poche intérieure de sa veste. Il en ressortit un papier plié en trois qu’il déplia et présenta à Spencer avec un crayon.

– Tu dois aussi me signer ceci. »