/news/politics
Navigation

Bruno Marchand déplore des «attaques personnelles»

Bruno Marchand déplore des «attaques personnelles»
Dominique Lelièvre

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat à la mairie de Québec, Bruno Marchand, a soutenu dimanche que lui et certains de ses candidats sont la cible «d’attaques personnelles» et de «rumeurs» venant d’un parti adverse. «On ne descendra pas dans la boue» a-t-il avisé.

M. Marchand était questionné sur le genre de campagne qu’il veut mener et ses attentes par rapport au ton de ses rivaux, en marge d’une conférence de presse où il a pris l’engagement électoral de créer un centre sportif multifonctionnel pour la pratique du curling, de la pétanque et du pickleball.

«Nous, notre décision là-dessus est claire. On va travailler sur les idées, on va débattre d’idées. On ne sera pas toujours d’accord, on va présenter en quoi nous ne sommes pas d’accord, mais il n’y aura pas d’attaques personnelles», a affirmé le chef de Québec Forte et Fière (QFF).

Il a alors laissé entendre que «déjà, certains de nos candidats et moi-même, on est victimes d’attaques personnelles de la part d’un autre parti. Pour nous, on n’ira pas là. On ne descendra pas dans la boue. Ce n’est pas ça qu’on a envie de présenter.»

Accrochage

M. Marchand n’a pas voulu nommer le parti en question, mais faisait vraisemblablement allusion à Équipe Marie-Josée Savard. «Il y a un parti, présentement, qui joue dans ce registre-là, il est facile à trouver», a-t-il affirmé.

En lançant sa campagne jeudi, Mme Savard a accusé Bruno Marchand de pelleter des nuages. Le même jour, un accrochage est survenu entre leurs formations politiques, à propos de la recrue de QFF dans le district de Sainte-Thérèse-de-Lisieux, Marie France Trudel, ancienne directrice générale d’Équipe Labeaume.

«On ne descendra pas dans la boue répandre un paquet de rumeurs comme il se fait présentement. Pour nous, c’est inacceptable. [...] On a décidé qu’on n’irait pas décrédibiliser les autres personnes qui font de la politique en les attaquant personnellement», a soutenu M. Marchand.

Mme Savard lui répond

Au marché public de Sainte-Foy où elle allait à la rencontre d’électeurs, dimanche, la dauphine de Régis Labeaume a dit être surprise par cette sortie de son adversaire.

«Je vous dirais que je ne me sens pas interpellée par ça. [...] Mon objectif n’est pas de gagner cette campagne électorale là en traînant les opposants dans la boue. Je ne l’ai jamais fait en quatre ans, donc je ne verrais pas pourquoi je commencerais aujourd’hui», a répondu Marie-Josée Savard.

«Peut-être que M. Marchand devrait relire aussi ce qu’il a dit sur moi une couple de fois [à l’effet que j’étais] dans l’ombre de M. Labeaume, que j’avais échappé des dossiers, que je n’avais pas la compétence ou du moins la rigueur dans certains dossiers», a-t-elle soulevé.

«On ne peut pas me reprocher [ça] après m’avoir dit plusieurs fois qu’il fallait que je prenne [ma] place», a-t-elle lancé.

«La campagne a été lancée officiellement vendredi, donc c’est certain que je me mets en mode campagne, mais soyez assurés que le respect va toujours être là, il l’a toujours été», a conclu la candidate.

À VOIR AUSSI