/sports/opinion/columnists
Navigation

Le plus beau cadeau de Flower

Guy Lafleur et Réjean Tremblay
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Cette photo, c’est le plus beau cadeau de Flower. Son cadeau de fête, c’est moi qui l’ai reçu.

Regardez ses yeux, regardez son sourire. Et pourtant, mon Dieu qu’il était fatigué. Il était arrivé le premier, il avait attendu tout seul sur une chaise droite dans un corridor de l’hôtel, sans même un café à savourer. En plus, il venait de compléter une longue entrevue de deux heures pour une série documentaire Canadien-Nordiques : la rivalité, plongeant dans ses souvenirs pour raconter des histoires poignantes, toujours empreintes de son inaltérable franchise et de son inépuisable générosité. 

À la fin de l’entrevue, mon collègue Mathias Brunet a demandé comment il souhaiterait que les gens se souviennent de lui dans cinquante ans...

On a attendu dix minutes la réponse. Fatigué et ébranlé par les traitements qu’il avait reçus deux jours plus tôt au CHUM, Lafleur s’est pris le visage à deux mains et a éclaté en lourds sanglots. Mal à l’aise, gênés par cette émotion qui semblait douloureuse, on a attendu. Puis Lafleur s’est excusé de l’interruption et a répondu de la voix la plus sincère – encore étouffée par les pleurs – qu’on puisse imaginer sur cette planète : 

« J’aimerais qu’on se souvienne que j’ai tout donné. J’ai tout donné. Tout ce que j’ai pu, a dit Lafleur. »

ET LES PHOTOS

Tout le monde était pas mal secoué. Les cameramans ont commencé à ramasser le matériel de tournage. On ne parlait pas trop. Puis quelqu’un a demandé poliment à Lafleur s’il pouvait se faire photographier avec lui...

Bien sûr que Flower a dit oui. Toute l’équipe y est passée. Moi, ça fait 45 ans que je connais Lafleur. J’en avais des photos. Je ne voulais pas le déranger...

Mais en même temps, il avait retrouvé une bonne humeur contagieuse. Je me suis assis à côté de lui et un peu colon du Lac, j’ai posé ma tête sur son épaule. On a éclaté de rire tous les deux. On était tellement loin de ces 45 ans de métier, d’entrevues, de reportages, de scoops, de commentaires...

Cette photo, elle raconte Guy Lafleur. Elle est mal cadrée, je me trouve envahissant, mais regardez ses yeux, regardez son sourire. Cet homme va tout donner jusqu’à la fin.  

Comme il souhaiterait qu’on se souvienne de lui.