/news/society
Navigation

Les Québécois retrouvent le goût de partir en voyage

Les agences reçoivent de plus en plus de demandes pour les prochains mois

DOMINICAN REP-TOURISM-HEALTH-VIRUS
Photo d'archives, AFP Les plages de Punta Cana et de la République dominicaine restent parmi les favorites des Québécois en raison de la facilité d’entrer dans le pays et des mesures sanitaires « bien rodées » sur place .

Coup d'oeil sur cet article

Bien que la demande ne soit pas encore au niveau prépandémique, les Québécois commencent progressivement à renouer avec leurs destinations soleil habituelles, en pleine 4e vague de COVID-19. 

« On est environ 55 % des réservations qu’on avait pour l’hiver 2018-2019. Ce n’est pas énorme, mais c’est beaucoup plus que les 20 % qu’on avait l’an dernier, par exemple », lance Mélanie Guillemette, propriétaire de l’agence Aqua Terra Lévis.

Au Club Voyages Beauport, on parle plutôt d’un chiffre d’affaires « intéressant » de 65 % par rapport à la même période, avant la pandémie. Et ce, même si les prix ont augmenté considérablement au courant des derniers mois. 

« C’est assez bon, si on prend en considération la capacité réduite des compagnies aériennes et des hôtels actuellement », assure la propriétaire Nicole St-Hilaire, contactée en Jamaïque. 

D’ailleurs, les voyageurs seraient beaucoup plus nombreux si les enfants de moins de 12 ans ne devaient pas s’isoler pendant 14 jours au retour, estime-t-on. Ils n’ont pas de quarantaine à faire, mais ils n’ont pas le droit d’aller à l’école, à la garderie ou à tout autre endroit achalandé. 

Les touristes sont aussi au rendez-vous pour aller à Playa Del Carmen et autres plages paradisiaques du Mexique.
Photo d'archives, AFP
Les touristes sont aussi au rendez-vous pour aller à Playa Del Carmen et autres plages paradisiaques du Mexique.

Sécuritaire 

Malgré tout, les destinations soleil habituelles, le Mexique et la République dominicaine, demeurent les plus prisées des voyageurs québécois. C’est que la facilité d’y entrer et les mesures sanitaires « bien rodées » sur place rassurent les voyageurs. 

« On doit seulement confirmer qu’on n’a pas de symptômes en rentrant au pays, explique Mme St-Hilaire. Mais dans les hôtels, toutes les mesures sanitaires de base sont en place, c’est sécuritaire. » 

Certaines chaînes d’hôtels ont même commencé à exiger la double vaccination à l’ensemble de leurs employés, affirme pour sa part Mme Guillemette. 

Cuba, quant à elle, a perdu en popularité, notamment en raison des restrictions pour rentrer au pays et de manifestations violentes qui sont survenues au courant de l’été.

Cuba, qui a perdu beaucoup de sa popularité, doit rouvrir ses portes aux touristes entièrement vaccinés le 15 novembre.
Photo d'archives, AFP
Cuba, qui a perdu beaucoup de sa popularité, doit rouvrir ses portes aux touristes entièrement vaccinés le 15 novembre.

L’île a toutefois indiqué depuis qu’elle rouvrirait ses portes aux touristes entièrement vaccinés le 15 novembre, tout en retirant ses tests PCR obligatoires à l’arrivée. 

Assurances 

Malgré cette reprise graduelle des voyages, beaucoup d’incertitude demeure dans la tête des Québécois. Ils ont appris des erreurs des touristes du début de la pandémie.

« Ils sont très nombreux à s’informer des conditions d’annulation, des assurances et des mesures qui les attendent à l’étranger. On passe deux fois plus de temps à répondre à leurs questions », explique Andrée-Anne Déry, porte-parole de CAA-Québec. 

« C’est simple, je ne vends plus de forfait sans assurance voyage. Plusieurs couvrent maintenant les frais engendrés si on contracte la COVID-19 à l’étranger », souligne pour sa part Nicole St-Hilaire.