/opinion/columnists
Navigation

Portrait d’une antivax

Sad woman looking out of the window
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Comme tous les journalistes et chroniqueurs, je suis inondé, depuis le début de la pandémie, de messages hyper agressifs provenant d’antivax crinqués.

C’est toujours la même rengaine : je suis à la solde du gouvernement, Bill Gates me paie pour faire la promotion du vaccin, le ministre Dubé me dit quoi écrire, blablabla. 

Comme ma tante

Mais il y a quelques jours, j’ai reçu un message particulièrement violent : « Tu est (sic) une hostie de vidange hâte de te voir crever criss de poubelles pas de colonne mon Tbk... »

Le plus étonnant est que la personne qui m’a envoyé ce message n’est pas un gars tatoué qui porte un hoodie, comme 95 % des antivax, mais une p’tite madame d’une soixantaine d’années qui ressemble à ma tante Micheline. 

En regardant la photo de Denise (je ne dévoile pas son nom de famille pour protéger ses proches), je me suis demandé ce qui peut bien pousser une dame qui aime probablement le tricot, le bingo et Ricardo à vomir de telles insultes un mercredi soir à 17 h 49.

Alors je me suis mis à fouiller sa page Facebook pour mieux la connaître. 

Voici comment Denise se décrit : « Vivante, optimiste, curieuse, douce et extravertie. Une boule de joie qui répand des ondes positives. »

Ben coudonc. 

On trouve beaucoup de références à Dieu sur la page de Denise. Des extraits de la Bible sur fond de couchers de soleil, des messages « positifs » avec des cœurs, des photos de nuages, des dessins d’anges.

« Je vis ma vie pour toi, cher Dieu », écrit-elle.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Une vie difficile

Le mot « solitude » revient à de nombreuses reprises dans les messages que Denise publie sur Facebook.

« J’ai toujours senti que je n’étais pas désirée, j’ai été mise à l’écart, personne n’a essayé de se rapprocher de moi... »

Denise semble avoir trimé dur. « Derrière mon beau sourire, il y a des cicatrices que personne ne voit. La vie n’a pas été facile pour moi. J’ai affronté beaucoup de douleur... »

Si je me fie aux rares photos d’elle qu’on retrouve dans ses albums, Denise a deux filles. Mais ce sont des photos qui datent d’il y a longtemps. Les voit-elle encore ?

Elle est nationaliste (beaucoup de drapeaux du Québec sur sa page). Elle est abonnée à la page de l’organisme PETA, qui défend les droits des animaux. Son émission de télé préférée est La roue de fortune

Beaucoup de vidéos contre le masque et le vaccin, des vidéos complotistes « prouvant » que les gens qui se sont fait vacciner sont devenus « magnétiques », une vidéo affirmant que prendre des bains de sel « purifie l’aura », des photos de cristaux, beaucoup de références à l’horoscope...

Ultra moderne solitude

Elle a beau m’avoir insulté de la façon la plus violente possible, je suis incapable d’être fâché contre Denise. 

Elle est comme des milliers, pour ne pas dire des millions de personnes : seule, angoissée, s’accrochant à ce qu’elle peut pour ne pas couler. 

Pour ces « gens au pas léger qui meurent sans laisser de traces », pour reprendre le très beau titre d’un documentaire de Bernard Émond, la vie n’est pas facile en temps normal.

Alors, imaginez en temps de pandémie...