/maisonextra
Navigation

Quartiers d'ici: coup de coeur pour Charlesbourg

Coup d'oeil sur cet article

Ce reportage a été réalisé en partenariat avec le courtier immobilier Pierre-Olivier Vear.


Photo collaboration spéciale, Mike Sickini

Que ce soit pour son riche patrimoine, ses nombreuses activités ou son marché immobilier varié, l’arrondissement de Charlesbourg conquiert une grande diversité d’acheteurs, dont plusieurs familles qui transforment ses bungalows des années 70 en maisons sur mesure.

Au fil des décennies, les types d’habitations se sont multipliés sur le territoire de Charlesbourg, composant aujourd’hui une offre de maisons diversifiée, dont le prix médian se situe à 286 000$. Nul doute qu’elles prendront de la valeur dans les prochaines années.

Parmi ces demeures, les bungalows des années 70, possédant souvent trois chambres au rez-de-chaussée, séduisent les familles. Lorsque l’acheteur ne voit pas d’inconvénients à rénover, il peut se priver de l’une d’entre elles pour créer une vaste aire de vie ouverte. Un espace conçu sur mesure pour combler les besoins de toute la famille et parfait pour réunir les êtres chers. Il s’agit d’ailleurs d’une caractéristique très recherchée aujourd’hui.

Photo collaboration spéciale, Mike Sickini

Bouillonnant d’activités

Profitant de la présence de deux autoroutes facilement accessibles (Laurentienne et Félix-Leclerc), Charlesbourg jouit d’une situation privilégiée où les activités abondent. L’arrondissement compte entre autres plusieurs parcs, dont celui des Moulins, qui occupe la partie est de l’ancien jardin zoologique, fermé en 2006. Celui-ci compte neuf hectares d’espaces verdoyants et fleuris où déambuler, pique-niquer et se détendre.

Les familles apprécieront aussi les activités du Centre de ski de fond de Charlesbourg, les nombreux parcs destinés aux enfants ainsi que les installations sportives intérieures et extérieures de l’arrondissement qui les feront bouger, dont celles du Patro de Charlesbourg.

Photo collaboration spéciale, Mike Sickini

Un riche patrimoine

La culture y est également très riche. Le site patrimonial du Trait-Carré, développé selon un plan radial en 1665 par les Jésuites, est l’un des seuls villages en Amérique du Nord à avoir la forme d’étoile. En son centre, au croisement de la 1re Avenue et du boulevard Louis-XIV s’élèvent notamment l’église Saint-Charles-Borromée et son presbytère, la bibliothèque Paul-Aimé-Paiement, la salle paroissiale, le parc de la Commune et quelques commerces.

Photo collaboration spéciale, Mike Sickini

C’est un plaisir de s’y balader pour admirer ses résidences et bâtiments historiques tout en dégustant du fudge ou une crème glacée. Quelques pas plus loin, le Moulin des Jésuites vaut le détour. Construit en 1742 et en fonction jusqu’en 1940, il est maintenant devenu un centre d’interprétation de l’histoire.

Les propriétés au fil du temps

Avant les années 60, Charlesbourg s’est déployé le long du boulevard Henri-Bourassa, cet axe nord-sud important qui traverse l’arrondissement. Ce fut ensuite au tour du secteur de l’Atrium d’être habité, avec la construction entre autres des typiques maisons de forme carrée en briques jaunes, qui caractérisent ce secteur plus à l’est.

Photo collaboration spéciale, Mike Sickini

Lors d’un boum démographique dans les années 70 sont apparus notamment les bungalows rectangulaires, encore populaires aujourd’hui. Puis c’est dans les années 80 que l’ouest de Charlesbourg a connu un essor, accueillant des maisons à paliers et des cottages sur deux étages témoins de cette décennie.


Taïna Lavoie et Pierre-Olivier Vear nous présentent le profil immobilier des quartiers d’ici dans l’émission Pleins feux sur Québec, à TVA.