/news/elections
Navigation

Bellechasse-Les Etchemins-Lévis toujours aux Conservateurs

La députée Dominique Vien
Photo Stevens LeBlanc La députée Dominique Vien

Coup d'oeil sur cet article

Malgré le départ de Steven Blaney, la forteresse de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis reste aux conservateurs. L’ex-ministre provinciale Dominique Vien y a facilement remporté son pari et fera le saut à la Chambre des Communes, assurant qu’elle talonnerait le gouvernement sur le troisième lien.

• À lire aussi: Tous les détails de l’élection fédérale : «je suis prêt à poursuivre le travail» - Justin Trudeau

Dominique Vien, qui a représenté les électeurs de Bellechasse pendant une dizaine d’années chez les libéraux provinciaux, a largement remporté la course, elle qui avait une solide avance de plus de 12 000 voix après l’ouverture de 235 des 326 boîtes de scrutin. Elle récoltait à ce moment 53% des voix.

Bellechasse-Les Etchemins-Lévis est l’un des châteaux forts conservateurs dans la région de Québec alors que la circonscription y est bleu foncé depuis l’élection de Steven Blaney en 2006.

Au moment d’écrire ces lignes, comme en 2019, c’est le Bloc Québécois qui se hisse au deuxième rang, la candidate Marie-Christine Richard ayant récolté 22% du vote. Le libéral Daniel Vaillancourt pointe en troisième place.

Retour dans l’arène

Il s’agit donc du grand retour en politique de Dominique Vien. Forte d’une expérience de ministre au provincial, l’élue pourrait s’avérer une joueuse d’importance pour l’équipe conservatrice au Québec. Sa venue a d’ailleurs semblé rendre très heureux ses collègues de la région de Québec, Gérard Deltell, Joël Godin et Pierre Paul-Hus, qui l’ont chaudement accueilli au rassemblement conservateur dans un hôtel de Québec.

Les députés conservateurs Pierre Paul-Hus, Joël Godin, Dominique Vien et Gérard Deltell
Photo Stevens LeBlanc
Les députés conservateurs Pierre Paul-Hus, Joël Godin, Dominique Vien et Gérard Deltell

La nouvelle députée a notamment fait campagne à la défense du projet de troisième lien. «C’est un dossier qu’on va suivre avec beaucoup d’intérêt», a indiqué Mme Vien à, assurant qu’elle talonnerait le gouvernement à ce sujet, ainsi que sur le chantier naval Davie. «On m’appelait la lionne de Bellechasse, ce n’est pas pour rien», a-t-elle insisté avec assurance. D’ailleurs, fait cocasse, le surnom lui vient de celui qu’elle remplacera au service des citoyens de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney.

Ancienne journaliste, Mme Vien a été élue pour la première fois au provincial en 2003, sous la bannière libérale. Députée de Bellechasse, elle avait été défaite en 2007, avant de revenir dans l’arène politique un an et demi plus tard. Elle fut par la suite réélue en continu jusqu’à l’élection de la CAQ en 2018.

Entre 2008 et 2018, elle a occupé différents postes de ministre, notamment au Tourisme et au Travail.

Du rouge au bleu

Sur le «changement de couleur» qui la fait passer du rouge provincial au bleu fédéral, Dominique Vien a été claire. «C’est la même femme et tout le monde comprend que le parti libéral du Québec et le parti libéral du Canada, ce n’est pas du tout la même chose», a-t-elle souligné, précisant que les conservateurs rejoignaient ses valeurs au niveau des finances publiques notamment.

Depuis sa défaite en 2018, Dominique Vien assurait la direction générale de la MRC des Etchemins, poste qu’elle a quitté au cours de l’été avant d’officialiser sa candidature. Elle avait également été approchée pour une candidature à la mairie de Lévis par le nouveau parti municipal Repensons Lévis.

«Les gens m’ont manqué énormément», a confié Mme Vien lorsque questionnée sur les raisons de son retour en politique. «C’est ce que j’aime faire dans la vie.»

Fin d’un long règne

L’élection de lundi soir est une page qui se tourne dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis avec le retrait de Steven Blaney de la vie politique. Ce dernier avait été élu sans interruption au cours des 15 dernières années.

Il avait annoncé sa décision de se retirer en juillet dernier, affirmant avoir réfléchi «un certain temps» avant de conclure qu’il avait fait «le tour du jardin».

M. Blaney a été titulaire de trois portefeuilles ministériels sous le gouvernement Harper, étant notamment ministre des Anciens Combattants et ministre de la Sécurité publique, en plus d’être ministre de la Francophonie durant quelques mois en 2013.