/news/elections
Navigation

Fédérales 2021: une sixième élection victorieuse pour Deltell

Gérard Deltell
Photo Stevens LeBlanc Gérard Deltell

Coup d'oeil sur cet article

Le député conservateur Gérard Deltell a été réélu sans difficulté, gonflant ainsi sa fiche immaculée à six victoires et aucune défaite, depuis son entrée en politique.  

• À lire aussi: Plusieurs ténors libéraux réélus

L’ancien journaliste n’a jamais perdu depuis qu’il a fait le saut dans l’arène politique en 2008, tant au provincial qu’au fédéral. Celui qui a porté les couleurs de l’ADQ et de la CAQ au Québec, avant d’endosser celles du PCC à Ottawa, devra cependant encore prendre son mal patience avant de goûter au pouvoir. «Il y a des choses qu’on contrôle dans la vie, d’autres sur lesquelles on a un peu moins de contrôle...», a-t-il philosophé.  

Même si les résultats entraient au compte-gouttes, en soirée, la victoire de la vedette conservatrice régionale ne faisait aucun doute dans Louis-Saint-Laurent.  

Au moment d’écrire ces lignes, passé minuit, Gérard Deltell avait une avance considérable (environ 50 % des voix) sur son adversaire bloquiste Thierry Bilodeau et la libérale Nathanielle Morin qui flirtaient tous les deux avec la barre du 20 %.  

«Ça fait vraiment chaud au cœur»

En fin de soirée, le député a longuement remercié les électeurs de sa circonscription lors d’une mêlée de presse à l’hôtel Marriott Courtyard Québec, lieu de rassemblement des conservateurs sur la Rive-Nord.  

«C’est quand même la sixième fois que ça m’arrive et c’est toujours émouvant. Recevoir l’appui des gens où je suis né, où j’ai grandi, et qui me font confiance pour une sixième fois en treize ans, ça fait vraiment chaud au cœur», a déclaré le vainqueur. 

Gérard Deltell
Photo Stevens LeBlanc

Vote de confiance à O’Toole

Même si les conservateurs ont à nouveau échoué à former le gouvernement, M. Deltell préférait voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide. Malgré la défaite, Gérard Deltell a réitéré sa confiance pleine et entière envers son chef qui, analyse-t-il, a mieux fait que son prédécesseur Andrew Scheer.  

«Pour le moment, les conservateurs du Québec, on est bien contents (...) Au Québec, on est tous réélus et on fait des gains actuellement. On est très contents, très fiers aussi de l’arrivée de Dominique Vien dans notre équipe sur la Rive-Sud. (Elle) va donner un élan encore plus fort (au) caucus québécois du Parti conservateur donc sur le plan provincial, on est très heureux.» 

M. Deltell n’a pas voulu s’épancher plus en détails sur les raisons de la déconfiture du PCC à l’échelle nationale. «Attendons d’avoir les résultats et le fin détail... soyons honnête, avec le vote postal, ça va prendre quelques jours avant de pouvoir identifier clairement tout ça.» 

Trudeau a «raté son pari»

Cela dit, le député originaire de Loretteville n’a pas manqué d’écorcher Justin Trudeau qui se retrouve aujourd’hui au même point qu’avant l’élection, avec un gouvernement minoritaire. «Tout ça pour ça? M. Trudeau a raté son pari complètement. Ce type-là, pensant pouvoir diriger un Canada majoritaire, a déclenché une élection qui n’était pas nécessaire, en pleine pandémie rappelons-le, et a dépensé 600 M$... Voilà le bilan de M. Trudeau» a-t-il pesté.  

Le conservateur Joël Godin dénonce le «gaspillage»       

Nicolas Saillant

Disposant de fortes assises dans son comté depuis 2015, le conservateur Joël Godin continuera de représenter les électeurs de Portneuf-Jacques-Cartier, mais dénonce le «gaspillage» libéral.

Le suspense n’a pas été long dans l’immense comté situé au nord-ouest de la région de Québec alors que le député Joël Godin l’a emporté avec 52% du suffrage. Dès les premières boites de scrutins dépouillés, le conservateur a pris la tête pour ensuite accentuer son avance. 

Il s’agit d’une troisième victoire pour l’homme de 56 ans après avoir été élu en 2015 contre la néo-démocrate Élaine Michaud, puis en 2019. Lors de cette élection, M. Godin avait remporté 43% du suffrage.  

Tout en respectant le choix démocratique qui a reconduit les libéraux au pouvoir, il a dénoncé le «gaspillage» de fonds publics alors que le portrait reste le même. «Les personnes qui ont pris les décisions vivront avec les conséquences», plaide le député.  

Questionné sur sa priorité lors de son prochain mandat, M. Godin a immédiatement parlé de «pénurie de main-d’œuvre». «Il faut travailler avec le gouvernement en place pour trouver des solutions», a-t-il fait valoir.  

Le Bloc Québécois qui était en deuxième position n’a réussi à récolter que 23% des votes. «Depuis l’épisode André Arthur on nous dit souvent les gens dans Portneuf-Jacques-Cartier sont conservateurs, mais je n’y crois pas, Joël a fait une campagne en disant qu’il est le plus vert et le plus écologiste des conservateurs», a dit le bloquiste Christian Hébert en félicitant le gagnant Joël Godin.  

– Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron

À voir aussi