/opinion/columnists
Navigation

L’élection pandémique

L’élection pandémique
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Qui peut prétendre que le poids psychologique de cette pandémie qui n’en finit plus de nous perturber n’a pas d’incidence sur notre façon de voter aujourd’hui ? En effet, nous savons tous à quel point notre vie a été bouleversée depuis un an et demi.

Qui n’a pas disjoncté durant ces longs mois ? Qui a été à l’abri de l’insomnie, de l’angoisse froide, c’est-à-dire de la peur irrationnelle des autres, tous des contaminateurs potentiels y compris nos proches ?

Qui a été épargné des réactions d’agressivité dans des situations qui ne le justifiaient guère ? Combien d’agressions verbales et de passages à l’acte de la part de personnes d’apparence inoffensive ? Et que dire des périodes de fatigue inexplicable, de découragements subits, de radotage et d’envie de fuite – mais vers quels horizons ? – qui se sont abattues sur nombre d’entre nous ? Que dire aussi de la difficulté à se concentrer vécue autant chez les jeunes que les plus âgés ? Et quelle épreuve que la lassitude intellectuelle qui a touché tant de personnes, freinant ainsi la capacité de lire et de débattre des idées !

  • Écoutez la chronique de Denise Bombardier au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

Dérapages

Autrement dit, faut-il s’étonner du clivage des opinions, de la radicalisation des discours et de la violence réelle qui ont teinté et ont fait déraper à certains moments des acteurs de cette inqualifiable campagne électorale ?

La morale et l’éthique politique en ont pris pour leur rhume. Avec un peu de recul, l’on découvrira sans doute qu’il y a eu une accentuation du désintérêt pour la politique, une conséquence grave pour ceux et celles qui ont choisi d’en faire métier.

Dans quel état d’esprit les citoyens qui vont voter ont-ils choisi leur camp ?

Cette campagne électorale a été une expérience difficile, dommageable même pour la démocratie déjà si fragilisée par une radicalisation des enjeux politiques. La COVID-19, qui le niera, a contaminé la campagne électorale. L’Histoire nous dira avec quelles conséquences.