/sports/football
Navigation

NFL: les Raiders sont sérieux

FBN-SPO-LAS-VEGAS-RAIDERS-V-PITTSBURGH-STEELERS
Photo AFP Derek Carr connaît les meilleurs moments de sa carrière contre deux défensives qui figurent pourtant parmi la crème de la NFL cette saison.

Coup d'oeil sur cet article

Certaines équipes alignent les victoires en début de saison, mais en examinant de plus près, le château de cartes est fragile. Ce n’est pas le cas des Raiders, qui envoient un sérieux message au reste de la ligue avec leurs deux gains convaincants pour amorcer la campagne.

• À lire aussi: Tom Brady ne ralentit pas

• À lire aussi: Les Bills rebondissent face aux Dolphins

• À lire aussi: Le téléphone de Richard Sherman ne dérougit pas

Coup sur coup, les Raiders viennent de vaincre deux formations de qualité, les Ravens et les Steelers. Lundi soir dernier, devant leurs bouillants partisans pour une première fois à Las Vegas, c’était une chose. D’aller battre les Steelers dans leur antre à Pittsburgh au compte de 26-17, ça devient franchement impressionnant.

Après tout, c’est la toute première fois que les Raiders entament la saison avec deux victoires en deux matchs contre deux équipes qui étaient des dernières séries. Les deux fois, ils étaient pourtant les négligés. 

Comme quoi, même après leur spectaculaire victoire dans le match de lundi soir face aux Ravens, le doute persistait. Il faut maintenant les prendre au sérieux, si ce n’était pas déjà fait.

Malgré les embûches

Certains diront que les Steelers n’étaient pas à leur meilleur parce qu’ils étaient privés de trois partants de qualité en défensive et qu’en cours de match, l’as secondeur TJ Watt a dû quitter la rencontre.

Vrai, mais n’allez pas croire que les Raiders se présentaient indemnes dans ce duel à l’autre bout du pays, en terrain hostile, après une courte semaine de préparation.

Le fait qu’ils étaient privés de leur excellent porteur de ballon Josh Jacobs a été souligné, mais il y a pire. Deux partants sur la ligne offensive n’étaient pas du rendez-vous et durant la rencontre, le bloqueur Alex Leatherwood s’est ajouté à la liste des blessés. Voilà un scénario qui n’a rien d’idéal face à la défensive féroce des Steelers !

Carr en contrôle

Derrière cette ligne offensive raboutée, le quart-arrière Derek Carr a été littéralement fumant, pour une deuxième semaine de suite d’ailleurs. 

Après avoir accumulé 435 verges et deux passes de touché face aux Ravens, il a récidivé par 382 verges et deux autres touchés contre les Steelers.

Mieux encore, il a effectué 75,7 % (28 en 37) de ses passes, avec une moyenne élevée de 10,3 verges par tentative. Combien de temps encore Carr devra-t-il endurer les rumeurs ridicules qui insinuent à chaque repêchage qu’il perdra son poste ? Parfait ? Non, mais les Raiders ont d’autres chats à fouetter.

Il est vrai que le choix de deuxième ronde en 2014 a misé sur une approche conservatrice durant ses premières saisons. Depuis l’an dernier, cependant, il attaque de manière beaucoup plus agressive que par le passé. Il l’a montré à la perfection sur le jeu clé de la victoire, une bombe de 61 verges au rapide receveur Henry Ruggs III. 

C’est nécessaire pour lutter dans une division qui regroupe des attaques de premier plan comme celles des Chiefs et des Chargers.

L’attaque qui roule à plein régime, ce n’est pas une surprise. Ce qui rend le début de saison des Raiders d’autant plus impressionnant, c’est le fait que leur défensive revient enfin de l’au-delà. À 11 reprises, elle a frappé le quart-arrière Ben Roethlisberger. Dans les dernières années, la capacité de pourchasser les quarts-arrières était absolument inexistante. 

Maintenant, il faut que les Raiders évitent l’affaissement qui les a coulés dans les dernières années. Après un départ de 6-3 l’an dernier, la fin de saison a été désastreuse. Ce fut la même chose en 2019 (6-4). Inutile, donc, de les couronner trop vite, mais les signes sont encourageants. 


GAGNANTS 

Derrick Henry

Le porteur de ballon des Titans a ajouté à sa légende avec une performance de 182 verges au sol et trois touchés. Il est l’un des rares joueurs à sa position à changer l’allure d’un match.

Teddy Bridgewater

On a hâte de le voir contre une véritable défensive, mais le quart-arrière des Broncos a dépecé les lamentables Jaguars en effectuant 76,5 % de ses passes pour 328 verges et deux passes de touché. Il fait mieux que simplement gérer un match.

John Harbaugh

L'entraîneur-chef des Ravens a démontré toute sa confiance en son quart-arrière Lamar Jackson quand il a décidé de tenter une conversion de quatrième essai et une verge avec 1 min 05 s à jouer face aux Chiefs. La décision a porté fruit, mais même si la tentative avait échoué, c'était la chose à faire. Son attaque est construite sur mesure pour aller chercher ce premier jeu critique et il ne fallait absolument pas redonner le ballon à Patrick Mahomes. Chapeau pour l'audace!

Cooper Kupp

La combinaison de Matthew Stafford et Cooper Kupp est tout simplement mortelle. Le receveur des Rams a accumulé 163 verges et deux touchés sur neuf réceptions. Il ne faudra pas s’étonner s’il s’établit comme le meilleur receveur de la ligue cette saison. 

Mike Edwards

Toutes nos excuses à Tom Brady et ses cinq passes de touché, un candidat évident et abonné permanent à cette rubrique. Mais il faut donner de l’amour au maraudeur des Bucs Mike Edwards pour ses deux interceptions et deux touchés. Une première depuis 2012 ! 


PERDANTS 

Les Dolphins

Quelle rince encaissée aux mains des Bills ! Les Dolphins ont perdu leur dignité, la face et leur quart-arrière Tua Tagovailoa, blessé aux côtes. Aucun point et trois revirements. Pas chic !

Jameis Winston

Une semaine après avoir été élevé sur un piédestal comme digne successeur de Drew Brees, Jameis Winston a déchiré son déguisement de Superman pour reprendre ses airs habituels. Résultat : deux interceptions et seulement 111 verges. 

Zach Wilson

Le quart-arrière recrue des Jets et deuxième choix au dernier repêchage, Zach Wilson, a fait connaissance avec les stratagèmes machiavéliques de Bill Belichick. Victime de quatre interceptions, il a été hué par les fans des Jets. Un brin de compassion, de grâce !

Les blessés

Il n’y a pas que Carson Wentz et Tua Tagovailoa qui sont tombés au combat. Les Texans ont perdu les services de leur quart Tyrod Taylor, qui jouait très bien. Les Steelers ont connu le même sort avec leur secondeur étoile TJ Watt. Et la liste s’allonge encore et encore... 

5 jeux de la semaine    

1. LE ROI HENRY

FBN-SPO-LAS-VEGAS-RAIDERS-V-PITTSBURGH-STEELERS
Photo AFP

Les Seahawks semblaient se diriger vers une victoire à sens unique face aux Titans, eux qui se sont forgé des avances de 24-9 et 30-16. C’était sans compter sur le violent réveil du porteur des Titans Derrick Henry. En retard par deux touchés au quatrième quart, les Titans n’ont pas abandonné la course et leur meilleur joueur a répondu par un long touché sur une course de 60 verges qui réduisait l’écart à sept points. Le roi Henry allait ajouter un autre touché pour forcer la prolongation et les Titans ont ensuite arraché une gigantesque victoire à Seattle. 


2. BOTTÉ VICTORIEUX

FBN-SPO-LAS-VEGAS-RAIDERS-V-PITTSBURGH-STEELERS
Photo AFP

Les Cowboys et les Chargers se sont disputé un match corsé jusqu’à la toute fin. Même si l’entraîneur-chef des Cowboys, Mike McCarthy, a géré l’horloge de manière discutable en fin de match, il restait 4 secondes à écouler quand le botteur Greg Zuerlein s’est amené sur le terrain avec la victoire au bout de son pied. Son botté de 56 verges s’est avéré victorieux. Tout le contraire du botteur des Vikings Greg Joseph, qui a raté un placement de 37 verges qui a coûté le match aux siens face aux Cardinals. 


3. HARRIS LE TRAIN

FBN-SPO-LAS-VEGAS-RAIDERS-V-PITTSBURGH-STEELERS
Photo AFP

Le porteur de ballon des Patriots Damien Harris a sans contredit marqué le plus beau touché au sol du jour. Tout juste après la ligne de mêlée, il a brisé un premier plaqué, avant de se défaire de deux autres plaqueurs peu avant de franchir la ligne de 10 verges. Il n’était pas au bout de ses peines, car cinq joueurs des Jets ont tour à tour tenté de le faire tomber à la porte des buts, sans succès. Un véritable train pour une course de 26 verges ! 


4. GROSSE INTERCEPTION

FBN-SPO-LAS-VEGAS-RAIDERS-V-PITTSBURGH-STEELERS
Photo AFP

Quand l’attaque peine à faire le boulot, un coup de pouce de la défensive est grandement apprécié. C’est l’histoire de la vie des Bears ! Cette fois, c’est le secondeur Roquan Smith qui a répondu présent. Tandis que les Bears s’accrochaient à une mince avance de 10-3 face aux Bengals, Smith a intercepté une passe de Joe Burrow et l’a retournée pour un touché de 53 verges qui a changé la donne. Burrow a par ailleurs connu son lot d’ennuis avec trois passes interceptées de suite. 


5. MURAILLE À LA PORTE DES BUTS

FBN-SPO-LAS-VEGAS-RAIDERS-V-PITTSBURGH-STEELERS
Photo AFP

Parfois, les matchs se gagnent sur des jeux qui ne se voient pas forcément au sommaire. En début de partie face aux Colts, la défensive des Rams a sauvé les meubles à deux reprises. Les Colts ont progressé jusqu’à la ligne d’une verge, mais en quatre essais, n’ont jamais franchi la ligne des buts. Puis, avec le ballon à la ligne de 3 un peu plus tard, ils ont été victimes d’une interception de Troy Reeder. Beaucoup de points laissés sur le terrain !