/sports/opinion/columnists
Navigation

On n’oublie pas Guy Lafleur

SPO-INAUGURATION D’UNE 10E PATINOIRE BLEU BLANC BOUGE
Photo d'archives, Agence QMI Guy Lafleur ne sera jamais oublié par ses fans.

Coup d'oeil sur cet article

Comment oublier Guy Lafleur ? À Réjean Tremblay, il affirme se demander si, dans 20 ans ou 30 ans, les gens l’auront oublié.

J’en doute.

On n’oublie pas les athlètes ayant marqué, par leur détermination, par leur courage, par leur ténacité, par leur sens du devoir et surtout par leur passion, le sport qu’ils ont conduit jusqu’au plus haut sommet.

Au fil des générations, il y aura toujours des endroits pour nous rappeler les réalisations de ces grands personnages.  

Flower a été un joueur unique. Spectaculaire, capable de changer la tournure des événements avec des jeux sortant très souvent de la science-fiction.

Il est et sera toujours cette personne attachante et généreuse.  

Une icône. 

Le temps passe vite, comme l’écrivait le chroniqueur Marc De Foy, rapportant les propos de Guy Lafleur dans la livraison d’hier, mais le passé tient toujours une place de choix dans le présent et dans l’avenir.

On n’oublie pas ceux qui ont marqué l’histoire.

Il y aura toujours quelqu’un pour nous le rappeler, ou encore un événement quelconque pour faire revivre les grands moments d’une carrière éblouissante ou un livre nous transportant dans les coulisses d’une vie particulière...

Bon anniversaire, Guy.  

Au même endroit

Jack Eichel se présentera au camp d’entraînement des Sabres cette semaine. On s’attend à ce que Vladimir Tarasenko pointe le nez du côté des Blues. Deux joueurs qui, en principe, devraient avoir de nouveaux employeurs. Jusqu’ici, ils ont fait chou blanc et ils ont dû retarder les camions de déménagement. Eichel agit ainsi parce qu’il ne veut pas briser son accord avec les Sabres. Il doit respecter ses engagements et même s’il n’est pas en mesure de reprendre la compétition, l’examen médical qui accompagne toujours la rentrée déterminera encore une fois si cette blessure au cou nécessite une intervention chirurgicale. Les médecins assurent que oui, mais, chez les Sabres, la prudence est de mise. Entre-temps, comment peut-on échanger un joueur dont le bilan médical est loin d’être rassurant ?  

Dans le cas de Tarasenko, il est en forme, mais les équipes intéressées exigent que les Blues paient une partie de son salaire. Une prédiction : Tarasenko ne sera pas à St. Louis à la fin de la saison et Eichel aura finalement trouvé preneur ailleurs...

Zdeno Chara se veut une bouée de sauvetage pour les Islanders de New York. Pour un défenseur de 44 ans avec des ressources que le temps a amenuisées, il ne pouvait trouver une meilleure organisation que celle des Islanders. Barry Trotz va l’utiliser comme il se doit, les Islanders forment une équipe de premier plan, et l’organisation s’apprête à évoluer dans un nouvel environnement. Après le départ de Nick Leddy, on voulait s’assurer qu’on aurait un bon vétéran chez la brigade défensive pour jouer au dépanneur...

Tiens, tiens. À 49 ans, à sa 34e année dans les rangs professionnels, Jaromir Jagr a marqué son premier but de la saison au cours du week-end pour la formation dont il est le propriétaire. On ne peut souhaiter de meilleures conditions de travail, n’est-ce pas ?...

Camps des recrues

L’une des belles initiatives de la part des équipes de la Ligue nationale de hockey, c’est d’avoir créé des événements dans le but d’obtenir une meilleure évaluation des jeunes effectifs. Depuis quelques jours, on présente des matchs d’évaluation. Les joueurs du Canadien affrontaient samedi les jeunes joueurs de l’organisation des Sénateurs. Mais, on ne doit pas se faire d’illusions. Il s’agit avant tout d’une audition pour les jeunes de l’organisation. Ceux qui retiennent l’attention obtiendront une invitation pour le grand camp d’entraînement. Si l’on consulte la liste des effectifs du Canadien, c’est complet. Les postes disponibles n’existent pas. Cependant, le camp des recrues fournit l’occasion d’identifier les joueurs qui ont réalisé des progrès, ceux qui s’approchent de plus en plus de la LNH et du même coup ceux pouvant être rappelés en cas de blessure...

Mattias Norlinder a de belles aptitudes en attaque, mais il devra peaufiner son jeu défensif. Par contre, Kaiden Guhle est plus complet. Il retournera à son équipe de Prince Albert dans la Ligue de l’Ouest, où il est le capitaine, mais le jeune homme s’avère une belle prise. Entre-temps rien ne presse pour les décideurs du Canadien ; la brigade défensive ne soulève pour l’instant aucun souci... 

Adams fils : on y croit ! 

Danny Maciocia a toujours confiance que Vernon Adams fils retrouvera ses moyens.

Mais, il faudra faire vite.

De passage à l’émission de Pierre Rinfret, samedi, sur les ondes de 91,9 Sports, le grand responsable du secteur football des Alouettes soulignait qu’on croit toujours que Vernon Adams fils est l’homme de la situation.

C’est à souhaiter.

Depuis le début de la saison, les Alouettes ont perdu trois matchs contre Calgary, Hamilton et Vancouver, et le quart-arrière n’a pas répondu aux attentes des entraîneurs.

Encore, samedi, contre les Lions, il a commis des erreurs alors que les Alouettes se trouvaient dans une position idéale pour malmener la défensive adverse.

Il a tenté des jeux impossibles. On a l’impression qu’il est constamment à la recherche de jeux spectaculaires. Samedi, les Alouettes n’ont rien offert de bien créatif, et Adams fils, comme lors des deux autres défaites, a manqué d’imagination dans le choix de ses jeux.

Si les Alouettes veulent atteindre la grande finale de la Coupe Grey, ils devront avant tout s’assurer que leur quart-arrière montrera plus de leadership.

Il s’agit d’un début de saison inquiétant pour Maciocia et son groupe.