/opinion/blogs
Navigation

Avoir un voisin comme Justin

Les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Les relations entre voisins ne sont pas toujours faciles. Certains ont tendance à ne pas se mêler de leurs affaires, à se mêler un peu trop de ce qui se passe sur notre terrain. Malgré tout, ça vaut toujours la peine de protéger nos relations, puisque même le plus déplaisant des voisins peut s’avérer très utile.

Je vous épargne les détails, mais j’ai déjà eu un voisin pas évident. Ça se passait il y a une quinzaine d’années. Ce voisin passait une partie de son temps à vouloir nous dire quoi faire, parce que lui savait mieux. Ses conseils étaient nombreux et il était fier de les prodiguer.

Un jour, il est venu me dire que je n’aurais pas dû donner le contrat pour ma toiture à tel entrepreneur parce qu’il en connaissait un meilleur et un moins cher. Une autre fois, il est venu me dire que je devrais tailler ma haie, que ce serait plus esthétique. Si ma voiture était sale après un voyage, il me le soulignait. Selon lui, ma priorité aurait dû être de laver ma voiture.

Franchement, ce voisin, j’aurais souvent eu envie de le remettre à sa place, mais voilà, ce voisin avait aussi bon cœur. Quand j’étais mal prise, il arrivait souvent à la rescousse.

L’hiver, lorsqu’il y avait de grosses bordées de neige et que je devais partir tôt, je restais souvent prise dans mon entrée. Je n’avais pas le temps de pelleter, la tempête dans la nuit avait été infernale, j’allais être en retard. C’est alors que je voyais mon voisin sortir avec sa tuque, ses mitaines, son manteau à demi attaché. Il venait à la rescousse avec sa souffleuse à neige et il me permettait de sortir de mon entrée et de partir à temps pour le travail.

Bien sûr, le soir, à mon retour, mon voisin m’attendait. Il me disait que je devrais m’acheter une souffleuse. Il me rappelait qu’un jour je serais mal prise et qu’il ne serait pas là. Il était fatigant, mais, dans le fond de moi-même, je savais qu’il avait raison. Quand je me suis acheté un spa, il m’a même dit que c’est une souffleuse que j’aurais dû m’acheter.

J’ai souvent eu envie de l’envoyer promener. Non, mais, franchement, de quel droit il se mêlait de mes affaires! Mais lors de la tempête suivante ou quand j’avais besoin d’un coup de main pour retirer un nid de guêpe, pour réparer une tondeuse brisée, ou s’il voyait que je manquais d’un outil, il arrivait toujours à la rescousse pour me dépanner.

Franchement, avec du recul, aujourd’hui, je suis très heureuse de ne jamais lui avoir tourné le dos, de ne jamais lui avoir souhaité du tort parce qu’il avait tendance à vouloir me dire quoi faire, vouloir m’aider. Chaque fois, de toute façon, c’est moi qui décidais.

Lui, il ne voulait qu’aider et cherchait simplement à m’éviter des problèmes. Il manquait parfois de délicatesse, mais, sur le fond, ses intentions étaient bonnes.

Vous vous demandez pourquoi je vous raconte cette histoire? Je vais vous le dire. Non, je n’ai toujours pas de souffleuse, j’ai donné le contrat de déneigement à un de mes bons voisins qui est déneigeur. Mais une de mes connaissances, François, qui habite un autre secteur, a un voisin qui ressemble drôlement à celui dont je vous parle depuis tantôt. Ce voisin est très généreux mais a lui aussi tendance à ne pas se mêler de ses affaires. Ce voisin s’appelle Justin et ce qui est amusant, c’est qu’il a lui aussi une belle grosse souffleuse.

François est très sûr de lui, au point où il pense qu’il peut se passer de Justin et tout faire seul. Mais il a de grandes ambitions, un grand terrain à entretenir et ses moyens sont limités. Bien honnêtement, seul, sans l’aide de Justin, je ne vois pas comment il pourrait y arriver. Tout récemment, François a dit à Justin qu’il en avait marre de ses remontrances et de ses conseils, qu’il espérait le voir déménager et avoir un nouveau voisin.

J’ai trouvé ça un peu excessif, voire risqué, je me suis permis de l’écrire à François, de lui rappeler à quel point c’est important de protéger nos relations avec nos voisins. Pauvre François, il va trouver le temps long, puisque Justin n’est pas prêt à déménager. Au travail, son contrat vient même d’être renouvelé.

Aujourd’hui, François était plutôt mal à l’aise, il avait l’air de se rendre compte qu’il était allé trop loin. Il a décidé d’envoyer un message Twitter à son voisin pour le féliciter, mais j’ai l’impression que les relations vont demeurer tendues.

En tout cas, j’espère que François n’aura pas besoin de la belle souffleuse de Justin au cours des prochains mois. Car d’après moi, grosse bordée ou pas, François va en pelleter un coup.