/news/elections
Navigation

Fédérales 2021: Legault interviendrait encore auprès des Québécois

Le chef caquiste justifie sa prise de position dans la campagne fédérale et se défend d’être à droite

Coup d'oeil sur cet article

Maintenant que Justin Trudeau a été reconduit au pouvoir, François Legault, qui se défend d’être à droite en se définissant comme un politicien « de la gauche efficace », ne regrette en rien d’avoir pris position en fustigeant le chef libéral pendant la campagne électorale fédérale.

• À lire aussi: Élections fédérales : les Québécois n’ont pas écouté Legault, note PSPP

• À lire aussi: Fédérales 2021: de retour à la case départ

Au cours des dernières heures, M. Legault a pris le téléphone pour féliciter M. Trudeau de sa réélection.

François Legault a réagi aux résultats de l’élection fédérale lors d’un point de presse dans le hall de l’édifice Honoré-Mercier, sur la colline Parlementaire.
Photo Stevens LeBlanc
François Legault a réagi aux résultats de l’élection fédérale lors d’un point de presse dans le hall de l’édifice Honoré-Mercier, sur la colline Parlementaire.

« Je lui ai parlé tantôt. C’est sûr qu’on a des différends, mais on s’est dit tous les deux qu’on était capables de travailler ensemble [...] pour le bien des Québécois, pour les intérêts des Québécois », a-t-il résumé en réagissant aux résultats du scrutin. 

Si c’était à refaire, le chef caquiste assure qu’il interviendrait exactement « de la même façon ». 

« Je suis intervenu. Je ne le regrette pas. [...] J’ai défendu l’autonomie du Québec et je vais toujours défendre l’autonomie du Québec », a martelé M. Legault. 

À ses yeux, la réélection d’un gouvernement minoritaire au Parlement canadien confirme qu’aucun parti à Ottawa ne peut aspirer à une majorité sans un plus grand appui des Québécois. 

« Le Québec est incontournable », a-t-il lancé, en répétant que la plupart des Québécois ont voté « bleu », soit pour les conservateurs ou le Bloc québécois. 

« M. Trudeau doit tenir compte de ça », considère le premier ministre du Québec.

Selon lui, c’est parce que les électeurs ont voté en fonction de plusieurs enjeux que les troupes conservatrices d’Erin O’Toole, dont il vantait l’approche, n’ont pas marqué davantage de points au Québec.   

  • Écoutez l'analyse de Philippe-Vincent Foisy et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Message aux libéraux « choqués »

Aux libéraux mécontents – comme Mélanie Joly, qu’il ne s’est pas gêné pour nommer – François Legault suggère de prendre acte du message « très clair » envoyé par les Québécois. 

« Qu’ils tiennent compte du fait que la majorité des Québécois veulent qu’on protège les champs de compétence des Québécois, ils veulent qu’on protège notre langue, ils veulent qu’on protège nos valeurs », a dit le premier ministre. 

Woke

Le chef caquiste refuse aussi qu’on lui accole l’étiquette du conservateur de droite, comme l’a fait le libéral Joël Lightbound (Louis-Hébert) lundi soir. « Je me suis toujours défini comme étant de la gauche efficace », a dit M. Legault. 

Interrogé par un journaliste à savoir si M. Trudeau est woke, François Legault s’est limité à dire que le chef libéral est « un multiculturaliste ». 

M. Legault, qui a récemment passé le flambeau de la présidence du Conseil de la fédération à son homologue de la Colombie-Britannique, John Horgan, a par ailleurs annoncé que les premiers ministres des provinces et territoires réclameront une rencontre au sommet avec Justin Trudeau d’ici la fin de l’année. 

Sans surprise, l’augmentation des transferts en santé sera le premier point à l’ordre du jour. « Il y a une urgence d’agir », a insisté M. Legault.

  • Écoutez La Rencontre Lisée-Mulcair à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio: 

Un 3e lien avec ou sans Ottawa

Par ailleurs, le chef caquiste a réitéré son engagement de construire un 3e lien autoroutier entre Québec et Lévis « avec ou sans l’argent » d’Ottawa.

« Mais je m’attends à avoir de l’argent du fédéral », a-t-il ajouté.

Pendant la campagne électorale, seuls les conservateurs ont accepté de promettre un financement équivalant à 40 % des coûts du tunnel qui sont estimés entre 6 à 10 milliards $, comme M. Legault le demandait.

« On souhaite avoir l’argent du fédéral et puis actuellement, il n’y a personne qui m’a présenté un meilleur projet », a relaté M. Legault.

« Actuellement, il y a de la congestion, a-t-il rappelé. On prévoit que ça va se détériorer, ça ne va pas s’améliorer donc ça prend une solution. [...] Il y a un problème, il faut régler le problème. » 

Tir groupé sur Le PM    

Photo Stevens LeBlanc

« Je pense que le grand perdant de cette élection, c’est François Legault. François Legault a parié gros et il a perdu, et, dans cette défaite, il a entraîné tous les Québécois. »

—Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec

Photo Simon Clark

« François Legault avait fait un choix, il avait choisi le Parti conservateur avec tout ce que ça représente comme valeurs. Hier soir, les Québécois ont fait des choix différents. Je constate qu’il n’y a pas eu d’effet Legault, je constate que François Legault a perdu ses élections. »

—Gabriel Nadeau-Dubois, chef parlementaire de Québec solidaire

Photo Stevens LeBlanc

« François Legault a décidé de prendre le pari de miser sur les conservateurs, de dire aux Québécois pour qui voter, et les Québécois ne l’ont pas écouté. Et là on se retrouve donc dans un cul-de-sac. »

—Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois

À voir aussi