/news/currentevents
Navigation

Plus de 13 ans en prison pour avoir tué sa logeuse de 71 ans

Coup d'oeil sur cet article

Un homme violent a écopé hier de 13 ans et demi de prison pour avoir tué d’un coup au thorax sa logeuse de 71 ans avant de cacher son corps enroulé dans des couvertures derrière une remise. 

• À lire aussi: Procès de Christopher Oliveira: une juge déplore le «magasinage» d’experts

• À lire aussi: Il a caché sa victime derrière un hangar

La condamnation de Christopher Oliveira au palais de justice de Laval a été accueillie comme «un grand soulagement» par la famille de la victime Nicole Chouinard, a rapporté après l’audience la procureure de la Couronne, Jennifer Lepage.

Photo courtoisie

«C’est terminé. Ils vont enfin pouvoir tourner la page», a-t-elle ajouté. 

L’homme de 34 ans avait évité son procès en plaidant coupable d’homicide involontaire. Rappelons que les procédures judiciaires s’étaient toutefois étirées en longueur, car la défense a demandé une troisième expertise pour ce meurtrier que la Couronne voulait faire déclarer délinquant à contrôler. 

En juin 2018, pour une histoire d’argent qui a dégénéré, Oliveira avait donné un coup au thorax de la femme qui lui louait une chambre dans sa demeure du quartier Laval-des-Rapides. La dame s’était cogné le crâne contre le mur puis en était décédée, selon les aveux du meurtrier. 

Il avait ensuite enroulé de couvertures le corps de sa victime avant de la déposer derrière le cabanon dans la cour. Il avait finalement été arrêté par les policiers dans un chalet inoccupé de Lanaudière après plusieurs jours en cavale. 

MARC ALAIN TRUDEAU-AGENCE QMI

Rempli de remords

En entérinant la suggestion commune des avocats au dossier, la juge Lyne Décarie a pris en considération les nombreux antécédents criminels en matière de violence du meurtrier. 

«Je considère aussi ce qu’il a dit à la famille aujourd’hui de même que son plaidoyer de culpabilité. Il montre des remords pour son geste», a fait savoir la magistrate. 

C’est qu’avant de prendre le chemin de la prison, Oliveira a tenu à s’excuser aux proches de sa victime qui étaient présents dans la salle. 

«L’impulsivité est une maladie mentale pas toujours facile à contrôler, mais j’ai des remords. Je ne veux pas être ce monstre. Je suis désolé pour ce que j’ai fait. Maintenant, je veux aller de l’avant avec ma vie», a-t-il exprimé du box des accusés. 

Pendant 6 ans après sa sortie de prison, Oliveira sera un délinquant à contrôler, a également tranché hier la juge Décarie en se basant sur les rapports de trois experts qui ont été produits. 

En raison de la détention préventive, il lui reste un peu plus de 9 ans à purger derrière les barreaux.

À VOIR AUSSI