/entertainment/music
Navigation

Un album porté par Vancouver et Mexico

Le groupe montréalais The Franklin Electric lancera This Time I See It vendredi

The Franklin Electric
Photo courtoisie, Levi Zortman Le musicien Jon Matte a profité d’un long séjour au Mexique pour coucher les bases du nouvel album de The Franklin Electric.

Coup d'oeil sur cet article

The Franklin Electric est de retour avec un nouvel album cette semaine, This Time I See It. Pour le chanteur Jon Matte, des séjours récents à Vancouver et à Mexico ont été les principales inspirations pour ses compositions.

Rarement à court d’idées, Jon Matte ramène un nouvel album pour The Franklin Electric, moins d’un an après la sortie du EP Never Look Back

Alors qu’il avait profité d’un voyage à Nashville pour compléter ce mini-album l’an dernier, le musicien a cette fois-ci décidé d’aller à Vancouver et à Mexico.

« J’avais quelques chansons d’écrites au début de la pandémie et je suis allé pendant un mois à Vancouver aux Afterlife Studios », raconte-t-il.

S’appelant autrefois Mushroom Studios, l’endroit a accueilli plusieurs légendes de la musique dans le passé, dont Diana Ross and The Supremes et Led Zeppelin.

Épuisé par les longues journées de travail, Jon Matte s’est demandé à un certain moment s’il devait poursuivre les enregistrements. Devant porter un masque en tout temps en studio, le chanteur avait même développé une infection à l’œil.

Puis, alors qu’il avait une journée de congé, il s’est rendu dans la ville de Squamish, à une heure de Vancouver. Impressionné par la beauté des lieux – il y voyait des saumons remonter la rivière –, le musicien s’est dit que tout ce qui manquait, c’était de voir des ours. Eh bien, alors qu’il était sur le point de s’en aller, il a aperçu une famille d’ours de l’autre côté de la rivière ! 

Dans un petit village

Ce « signe » lui a donné la motivation nécessaire pour continuer à travailler sur l’album. Par la suite, Jon Matte a décidé de partir s’installer dans la « ville spirituelle » de San Pancho, au Mexique.

Durant six mois là-bas, il s’est intégré à la communauté locale et y a même donné des cours de trompette à des jeunes du coin. « Je savais que c’était un peu risqué [avec la pandémie], mais je l’ai fait de façon très responsable et je suivais toutes les règles. »

Pendant qu’il profitait de la vie mexicaine, Jon Matte s’est fait conseiller par quelqu’un de son équipe d’entrer en contact avec le réalisateur californien Miro Mackie. À distance, les deux ont ainsi travaillé sur les chansons qui allaient se retrouver sur This Time I See It.

« Nous avons terminé l’album à travers des sessions Zoom, dit Jon. Le reste du temps, je passais mes journées à apprendre le surf et enseigner la trompette. »

Retour à Montréal

La semaine prochaine, The Franklin Electric participera à la version réduite du festival Osheaga. Son retour sur une scène à Montréal emballe grandement Jon Matte.

« Nous n’avons pas joué devant un public montréalais depuis plus d’un an et demi, je crois. Nous sommes vraiment excités d’être de retour ! Nous nous ennuyons de Montréal et d’y faire des concerts. »


Le nouvel album du groupe The Franklin Electric, This Time I See It, paraîtra vendredi. Le groupe sera en spectacle à Osheaga, au parc Jean-Drapeau à Montréal, le 1er octobre. thefranklinelectric.com.