/misc
Navigation

Un dimanche fou à la télé!

Male hand holding TV remote control, Point of view shot
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Restait-il, dimanche soir, des téléspectateurs pour les chaînes qui ne diffusaient ni le gala des Gémeaux ni celui des Emmy, ni Chanteurs masqués ni Révolution ? 

De mémoire, je ne me rappelle pas une soirée de télé aussi folle. Émissions en direct et enregistrements m’ont tenu éveillé jusqu’aux petites heures. Pas toujours avec la même intensité, toutefois. L’amateur de gala que je suis a dû avaler un café fort pour passer au travers de l’enregistrement des Gémeaux. Dans sa robe très « madame », Véronique Cloutier, d’habitude si spontanée et si attachante, m’a tout à coup rappelé la solennité de Michelle Tisseyre. 

L’Académie a lancé son gala avec nos championnes olympiques. Manque de chance, le lundi précédent, La semaine des 4 Julie avait aussi entamé la saison avec elles. De façon bien plus festive. Durant les deux heures suivantes du gala, rien à signaler de très particulier si ce n’est les remerciements de Guy Jodoin, proclamé meilleur acteur comique pour Escouade 99. Sous couvert d’altruisme, Jodoin a plutôt prêché pour sa paroisse.

Comme il est de bon ton ces temps-ci, le gala des Gémeaux a claironné la bonne nouvelle de la diversité et de l’inclusion. Souhaitons que 2021 marque enfin un tournant durable. Au gala des Emmy, on a surtout fait état de bonnes intentions. La télé américaine considère sans doute qu’elle a déjà complété le virage de la diversité et de l’inclusion. Les Emmy n’ont pas craint le traditionnel monologue d’ouverture. Il faut dire qu’on ne courait pas grand risque avec Cedric the Entertainer. Il n’est pas caustique de nature, et comme il avale la moitié de ses mots... 

ENFIN, ON COURONNE THE CROWN

The Crown est sortie gagnante du gala avec sept Emmy dont celui de la meilleure série. Les jurés des Emmy ne sont pas les « pogos les plus dégelés de la boîte », car ils sont très lents à reconnaître les qualités d’une série. C’est l’an dernier seulement qu’ils ont submergé Schitt’s Creek sous des trophées que la série méritait depuis longtemps. Les premières saisons de The Crown, qui n’ont presque rien gagné, étaient beaucoup plus remarquables que la dernière.

En tout début de soirée, j’ai regardé Chanteurs masqués. C’est la version « grand luxe » de Qui sait chanter? dont la carrière vient de commencer à Noovo avec Phil Roy. Les deux concepts originent de Corée du Sud, mais celui qu’anime Guillaume Lemay-Thivierge à TVA n’est pas de la même farine. Disons une Rolls Royce contre une Elantra !

JE SUIS BÉAT DEVANT PAREILS TALENTS

Dans Chanteurs masqués, tout est spectaculaire : les costumes, le décor, les masques, les chorégraphies, la mise en scène. Pour peu que Sam Breton raffine ses commentaires et que Veronic Dicaire trouve autre chose à dire que « Ben, voyons donc ! », le panel composé aussi d’Anouk Meunier, de Stéphane Rousseau et de Marc Dupré sera de luxe comme le reste de l’émission.

Malgré le plaisir que j’ai éprouvé avec Chanteurs masqués, mon coup de cœur pour Révolution demeure entier. Je suis béat devant le talent des danseurs choisis parmi 4500 aspirants. Je suis même prêt à pardonner l’exubérance outrancière de Jean-Marc Généreux, que les Twins semblent vouloir égaler. Incertaine, presque gauche lors de la première saison de Révolution, Sarah-Jeanne Labrosse est devenue une animatrice modèle, aussi chaleureuse qu’adorable. Là-dessus, elle forme la paire avec Lydia Bouchard.

Des dimanches soir comme celui-là, j’en prendrais bien 52 !