/finance/taxes
Navigation

Printemps 2020: Loto-Québec a versé plus de 53 M$ à ses employés inactifs

Malgré les fermetures, 3753 salariés ont reçu leur plein salaire

FD-CORONAVIRUS-FERMETURE-CASINO
Photo d'archives Loto-Québec a fermé le Casino de Montréal et tous ses autres établissements de jeu, le 13 mars 2020, au tout début de la pandémie.

Coup d'oeil sur cet article

La décision de Loto-Québec de verser le plein salaire à ses employés renvoyés à la maison lors de la fermeture des établissements de jeux au printemps 2020 aura coûté 53,6 millions $, a appris Le Journal.

• À lire aussi: Lotto Max: une cagnotte de 73 millions $ en jeu au prochain tirage

Selon des données provenant d’une demande d’accès à l’information, ce sont 3753 salariés de la société d’État qui ont continué de recevoir leur chèque de paie entre le 13 mars et la fin juin, malgré la fermeture des casinos et des salons de jeux en raison de la propagation de la COVID-19 en sol québécois.

«Ces dépenses sont absolument injustifiées. C’est quelque chose qui aurait pu aider le gouvernement à moins s’endetter», estime Renaud Brossard, directeur au Québec pour la Fédération canadienne des contribuables.

  • Écoutez la chronique de Michel Girard sur QUB radio:

«Pour moi, c’est un peu un gaspillage d’argent», ajoute celui qui est d’avis que Loto-Québec aurait dû revoir sa politique salariale bien avant la fin juin. «Dans le secteur privé, ils ont apporté rapidement des changements.»

Pour son exercice financier 2020-2021, Loto-Québec a versé un dividende de 432,6 millions $ au gouvernement du Québec. Un an plus tôt, c’était 1,33 milliard $ qui aboutissait dans les coffres de l’État.

«Malheureusement, ce sont les contribuables qui écopent maintenant d’un 53,6 millions $ de dette additionnelle au Québec», déplore M. Brossard.

Cette facture vient s’ajouter au 1,97 million $ qui a été versé à des employés par Loto-Québec en 2020-2021 pour des heures supplémentaires.

Contexte exceptionnel

Pour sa part, Loto-Québec répond que cette décision concernant le versement du plein salaire a été prise dans un «contexte exceptionnel» et que la priorité pour l’orga-nisation était alors de «maintenir la main-d’œuvre et l’expertise».

En mars 2020, lors de l’annonce du premier confinement, Québec prévoyait initialement fermer son économie durant trois semaines.  

C’est lors de la reprise des activités avec les différentes mesures sanitaires mises en place que Loto-Québec a finalement décidé de cesser de payer l’ensemble de ses travailleurs et de procéder à des mises à pied temporaires.

«Il était impossible pour la Société de prévoir la durée de l’interruption de ses activités commerciales», affirme la direction. La société d’État n’a pas profité de la Subvention salariale d’urgence du Canada.

«À la fin juin, il était clair que la reprise des activités ne se ferait que de façon graduelle et la société devait revoir son mode de fonctionnement, visant un alignement entre ses besoins en effectif et une baisse significative de ses revenus», ajoute-t-elle.

À l’automne 2020, lors de la nouvelle fermeture des établissements de jeux, Loto-Québec a choisi de ne pas verser le plein salaire à ses travailleurs, remerciés temporairement. 

Actuellement, 60 % des 4271 employés mis à pied temporairement ont été réintégrés au travail. Environ 35 % attendent toujours d’être rappelés et Loto-Québec estime que 5 % ont trouvé un nouvel emploi.

À son premier trimestre 2021-2022, Loto-Québec a enregistré un profit de 195,7 millions $.  

Quelques dates importantes pour Loto-Québec durant la pandémie   

  • Fermeture des établissements de jeux le 13 mars 2020 en raison de la propagation de la COVID-19     
  • Réouverture graduelle des casinos et des salons de jeux à partir de la mi-juillet 2020  
  • Fermeture à nouveau des établissements de jeux dans les zones rouges à partir du mois d’octobre 2020  
  • Réouverture des sites de jeux en juin 2021   

À VOIR AUSSI