/news/provincial
Navigation

Tramway: Bruno Marchand «ouvert» à une taxe spéciale le long du tracé

Le candidat à la mairie y voit une question d’équité

Lors d’une annonce mercredi à Limoilou, le candidat à la mairie Bruno Marchand a dit croire « fortement » au projet de tramway.
Photo Dominique Lelièvre Lors d’une annonce mercredi à Limoilou, le candidat à la mairie Bruno Marchand a dit croire « fortement » au projet de tramway.

Coup d'oeil sur cet article

Bruno Marchand est ouvert à l’idée d’une redevance ou d’une taxe spéciale sur la bonification de la valeur des propriétés le long du tracé du futur tramway de Québec, ce qui a suscité une levée de boucliers chez ses adversaires, hier.

• À lire aussi: À la lumière des résultats fédéraux, Labeaume devrait se garder de dire pour qui voter, conseille Marchand

• À lire aussi: Mairie de Québec: les candidats en mode séduction

Le candidat à la mairie a présenté mercredi dix « améliorations » au projet de tramway qui, selon lui, sont « nécessaires » pour être en « adéquation avec les besoins des citoyens ».

M. Marchand a dit qu’il pourrait s’inspirer de Montréal, où une redevance est perçue sur les développements immobiliers autour du Réseau express métropolitain, pour capter une partie de la « plus-value » foncière, financer certaines de ses propositions et « soutenir des commerçants, des citoyens qui l’ont plus difficile ».

« Cette valeur-là est autour d’une infrastructure que l’on construit collectivement, donc payée par l’argent des contribuables. [...] Je pense qu’il faut être ouvert, c’est une question d’équité », a expliqué le chef de Québec forte et fière.

Commercial et résidentiel

Invité à préciser sa pensée, M. Marchand a dit que cette taxe pourrait à son avis s’appliquer tant au commercial qu’au résidentiel, et aux nouveaux projets comme aux propriétés existantes.

« Si les gens voient une appréciation de la valeur de leur immeuble, [qu’il] soit commercial ou résidentiel, je pense qu’il y a une question d’équité pour compenser des éléments qui sont venus se bonifier par notre action collective », a-t-il déclaré.

« Je ne suis pas en train de dire qu’on va le faire, je suis en train de dire qu’on va l’étudier », a-t-il signalé, disant vouloir évaluer les « impacts ».

Cette porte ouverte lui a valu les railleries de ses principaux opposants. Aucun n’a l’intention d’instaurer une telle taxe, rapidement rebaptisée ironiquement « taxe Marchand » par Marie-Josée Savard et de « taxe de bienvenue au tramway » par Jean-François Gosselin. Jean Rousseau a de son côté qualifié Bruno Marchand de « M. Surtaxe. »

Ajustements

Parmi les ajustements qu’il propose, M. Marchand espère protéger au moins 60 % des arbres sur le tracé et veut en planter 20 pour chaque arbre abattu. Il souhaite aussi réduire la présence de fils aériens dans les « quartiers emblématiques ».

Pour éviter que des quartiers soient « coupés en deux », il réclame que la plateforme surélevée du tramway soit supprimée à certains endroits. D’autre part, un élu serait chargé à temps plein des relations avec les citoyens.

Pour répondre à ces exigences, il reviendrait aux consortiums de proposer des solutions et d’être « créatifs », a expliqué M. Marchand, qui a admis ne pas être en mesure de chiffrer ses propositions puisqu’il n’a pas accès à l’expertise du bureau de projet.

En cas de coûts supplémentaires, la Ville pourrait en assumer une partie, mais n’est pas un « bar ouvert », a-t-il prévenu. Il tenterait aussi de négocier avec les gouvernements supérieurs, bien que l’entente avec le provincial prévoie que tout « excédent » sera assumé par la Ville.

— Avec la collaboration de Stéphanie Martin

UNE IDÉE QUI FAIT DES VAGUES

  • « [Ce n’est] pas dans nos orientations de taxer davantage les gens, alors non, pour nous, ça n’a jamais été sur la table et ça ne sera jamais sur la table. » –Marie-Josée Savard, candidate à la mairie
  •  « Non seulement les citoyens vont être pris dans la construction du tramway pendant cinq ans, non seulement ils vont perdre leurs arbres [...], mais M. Marchand en ajoute une couche et vient ajouter une taxe de bienvenue au tramway. On aura tout vu. » –Jean-François Gosselin, chef de Québec 21
  • « Ce n’est pas réfléchi, c’est brouillon et c’est triste à dire, mais M. Marchand se comporte comme le maire, il tue l’acceptabilité sociale du projet de tramway. » –Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec 
  • « Les gens de Québec ne méritent pas un bon projet de tramway, ils méritent un projet de tramway exemplaire. » –Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière   

À voir aussi