/entertainment/tv
Navigation

Prières exaucées

Sermons de minuit comblera les fans

MIDNIGHT MASS
Photo courtoisie, Netflix Hamish Linklater, mémorable dans le rôle d’un prêtre charismatique et mystérieux.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir exploré les mystères de Hill House et Bly Manor, Mike Flanagan change de registre pour Sermons de minuit, une série où l’horreur et la religion s’unissent pour créer de divins frissons. 

Visiblement, ce changement d’environnement a fait le plus grand bien à Mike Flanagan qui nous livre avec Sermons de minuit (ou Midnight Mass, dans sa version originale) sa meilleure offrande télévisuelle en carrière. 

Il nous y catapulte dans une petite communauté insulaire d’à peine plus de 100 âmes. Une ville sans histoire, quoi. Mais les choses changent rapidement avec l’arrivée d’un charismatique et mystérieux prêtre (remarquable Hamish Linklater) coïncidant avec une série d’événements divins inexplicables. Ces miracles, par contre, ont un prix. Et pas n’importe lequel, apprendra-t-on assez rapidement. 

Prendre le temps

Dès le premier épisode, un constat s’impose. Mike Flanagan a ici choisi de prendre son temps. Plutôt que de se précipiter dans l’épouvante, il place tranquillement ses pions, installant petit à petit son climat de tension qui s’intensifie insidieusement au gré de la saison. Oui, c’est lent, maudiront certains. 

Mais on comprend bien vite que ce procédé est impératif au succès de Sermons de minuit. Car lorsque la série bascule dans l’horreur, celle-ci est franchement viscérale et prenante. Et de surcroît, elle est intelligente, chose aussi rare que précieuse à l’ère de la violence gratuite déployée à l’écran au simple nom du divertissement et de la provocation. 


Sermons de minuit débarque sur Netflix samedi.