/news/currentevents
Navigation

Chasse à l'homme en Beauce: l'évaluation de l'accusé prolongée

Chasse à l'homme en Beauce: l'évaluation de l'accusé prolongée
Photo Agence QMI, Marc Vallières

Coup d'oeil sur cet article

L’évaluation de la responsabilité criminelle de l’homme de 54 ans accusé d’avoir fait feu sur une policière à Sainte-Marie, en Beauce, a été reconduite, jeudi, par le juge, et ce, pour 30 jours.

• À lire aussi: Demande d’évaluation pour l’homme qui a fait feu sur une policière en Beauce

• À lire aussi: Policière blessée par balle: le suspect, Marco Rodrigue, en voulait à la police

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre lors du retour de Marco Rodrigue devant la cour, ce dernier refusait de suivre les traitements prescrits par le psychiatre, parce qu’il était «suspicieux» et «méfiant», a fait savoir Me Jérôme Sébastien Tremblay, qui défend les intérêts de l’accusé.  

Après avoir discuté avec son client, l’avocat a toutefois réussi à lui faire comprendre que, s’il collaborait, le dossier allait pouvoir avancer.  

Amené devant le juge Alain Morand, le quinquagénaire a donc mentionné à la cour qu’il avait bien compris et qu’il allait s’y soumettre.  

Chasse à l’homme

Rappelons que l’homme de Saint-Zacharie, bien connu des services policiers, a été arrêté à la mi-août après une chasse à l’homme de plus de 13 heures menée par le groupe tactique d’intervention sur le boulevard Lacroix, à Saint-Georges, alors qu’il avait en sa possession deux armes de chasse chargées. 

Il est accusé d’avoir fait feu sur la policière Catherine Giroux, une mère de famille de 40 ans rattachée au poste de la SQ de Sainte-Marie, alors qu’elle se trouvait au km 90 de l’autoroute 73, direction nord.  

«Ce que l’enquête tend à démontrer, c’est que l’individu en avait envers le symbole policier et les autorités», avait d’ailleurs expliqué le porte-parole de la SQ à la suite de l’arrestation de Rodrigue.  

En septembre 2020, l’homme avait plaidé coupable à deux accusations de même nature, soit usage négligent d’une arme à feu et possession d’une arme à feu prohibée ou à autorisation restreinte. Il avait par la suite été absous inconditionnellement.  

Rodrigue sera ramené devant le tribunal le 19 octobre.