/sports/golf
Navigation

Coupe Ryder 2021: cartes sur table

Le tournoi de la Coupe Ryder débute en force vendredi matin à Whistling Straits

EUP-GLF-PGA-SPO-43RD-RYDER-CUP---OPENING-CEREMONY
Photo AFP Le lancement de la Coupe Ryder s’est fait en grandes pompes jeudi au Wisconsin.

Coup d'oeil sur cet article

SHEBOYGAN, Wisconsin | Il aura fallu attendre une année de plus avant de retrouver les Américains et les Européens au prestigieux tournoi de la Coupe Ryder. La table est bel et bien mise. C’est vendredi matin que s’amorce le très populaire tournoi sur les allées du club de golf Whistling Straits. 

• À lire aussi - Coupe Ryder 2021: scène parfaite

Les Européens ont précieusement conservé la petite coupe dorée depuis leur écrasante victoire de 17,5 à 10,5 au Golf National de Paris en 2018. 

Une défaite qui avait laissé de profondes cicatrices dans le camp américain qui avait pourtant franchement bien entamé la première journée de compétition. Le vent avait ensuite changé de direction. Les Européens les avaient blanchis dès l’après-midi. La déroute a ensuite été catastrophique. 

Changer de cap

C’est donc l’heure de la rédemption dans le jeune camp américain propulsé par les vedettes montantes sur la scène internationale. Six recrues figurent dans les rangs du capitaine Steve Stricker. Les Européens, eux, misent sur l’expérience dans un intéressant mix de vétérans et de jeunes loups.

La compétition s’annonce féroce sur l’intimidant parcours du Straits, long de 7355 verges. D’un côté comme de l’autre, les loups sont affamés. Nombre d’entre eux ont connu du succès par le passé sur ce splendide terrain. 

Terminé les préparatifs. Le capitaine américain Steve Stricker n’en pouvait plus d’attendre le lancement du tournoi qu’il fignole depuis trois ans. Celui-ci devait avoir lieu l’an dernier, mais la pandémie l’a évidemment repoussé de 12 mois. Il s’est dit très satisfait de l’état général des troupes. D’autant plus qu’il leur a annoncé son plan de match dès lundi. Personne n’a boudé ou chigné. À preuve, le plus long cogneur, Bryson DeChambeau, ne participera pas à la session matinale. 

« Tout le monde est embarqué dans le bateau. Les gars jouent très bien et ils se sont présentés pour gagner des points. C’est le plus important », a laissé savoir Stricker. Comme elle évolue en sol américain et n’a remporté que trois des 12 dernières coupes, la pression est forte sur sa formation. 

Des paires balancées

Stricker a misé sur une valeur sûre à l’occasion du premier coup de départ. Il a conservé la paire composée de Jordan Spieth et Justin Thomas, qui avaient connu du succès à Paris il y a trois ans. Des « vétérans » qui s’entendent à merveille et qui devraient s’abreuver de l’intensité du moment vendredi matin. Face aux Espagnols Jon Rahm et Sergio Garcia, la lutte sera serrée. 

« Nous savions que Jordan et Justin amorceraient le tournoi. C’était évident. Nous voulions donc envoyer deux gars solides, car le monde entier regarderait ce match », a souligné avec aplomb le capitaine européen, Padraig Harrington.

Stricker a aussi opté pour former un duo avec Brooks Koepka et Daniel Berger qu’il a déjà observé à la Coupe des Présidents sur le Liberty National en 2017. 

« Ils jouent souvent ensemble à la maison. Ils s’entendent très bien. Daniel est excellent en formule de jeu par quatuor. Il contrôle très bien sa balle, il excelle dans son jeu court et avec son fer droit. Il est un naturel pour cette formule. Ils aiment jouer ensemble et ils engrangent des points », a expliqué le capitaine américain qui envoie néanmoins quatre recrues dans la mêlée en matinée. Une situation qui fait pousser les cheveux gris et perdre de précieuses courtes heures de sommeil. 

D’autant plus que son rival a décidé d’envoyer ses vétérans sur le terrain en matinée. Les Garcia, Casey, Westwood, McIlroy et Poulter voient tôt de l’action pour se mettre en marche. 

Patrick Cantley et Xander Schauffele risquent d’en avoir plein les bras et les bottines face à Rory McIlroy et Ian Poulter, l’enfant terrible, dans le dernier quatuor.

« Ian et Rory ont très bien joué ensemble dans le passé. En les opposant aux jeunes loups qui tentent certainement de créer un partenariat à long terme, nous souhaitions compter sur une paire bien établie. »

La formule de jeu retenue en partie par trou pour la session matinale est celle des quatuors (coups alternatifs). Un format que les Américains préfèrent pour démarrer le tournoi. En après-midi, ce sera la formule 4 balles. Les paires de la seconde session seront connues en fin de matinée.

Les duels vendredi matin  

Quatuor

Match 1 : 8:05* 

  • Justin Thomas  
  • Jon Rahm 
  • Jordan Spieth 
  • Sergio Garcia  

Match 2 : 8:21* 

  • Dustin Johnson 
  • Paul Casey 
  • Collin Morikawa 
  • Viktor Hovland  

Match 3 : 8:37* 

  • Brooks Koepka 
  • Lee Westwood 
  • Daniel Berger 
  • Matt Fitzpatrick   

Match 4 : 8:53* 

  • Patrick Cantlay 
  • Rory Mcilroy 
  • Xander Schauffele  
  • Ian Poulter  

* Heure du Québec

43e Coupe Ryder 

EUP-GLF-PGA-SPO-43RD-RYDER-CUP---OPENING-CEREMONY
Photo AFP

Parcours : Straits de Whistling Straits

Architectes : Pete Dye

Champions en titres : Européens

Dernier trou d’un coup : Scott Verplank au K Club en 2006 lors de la 3e journée face à Padraig Harrington

Dernière défaite du meneur mondial en simple : Dustin Johnson au Golf National de Paris en 2018 face à Ian Poulter

Meilleure recrue dans une édition (points) : 5 points par Gardner Dickinson en 1967

Dernière édition où les vainqueurs ont été couronnés au trou final : En 2012 à Medinah, Martin Kaymer face à Steve Stricker. Victoire européenne de 14,5 à 13,5

Fiche des Américains en formule 4-balls depuis 1979 : 73 victoires – 87 défaites 

EUP-GLF-PGA-SPO-43RD-RYDER-CUP---OPENING-CEREMONY
Photo AFP

107 : À eux trois, Lee Westwood (44), Sergio Garcia (41) et Ian Poulter (22) comptent deux fois plus de matchs en carrière que la totalité de l’équipe américaine (49).

12 : José Maria Olazabal et Seve Ballesteros ont enregistré un total de 12 points en jouant en duo chez les Européens. La paire la plus prolifique de l’histoire.

En direct du « Straits » 

Des larmes et du foot

EUP-GLF-PGA-SPO-43RD-RYDER-CUP---OPENING-CEREMONY
Photo AFP

Natif du Wisconsin et connu pour ses émotions, le capitaine Steve Stricker a versé quelques larmes, le trémolo dans la voix, quand il a remercié sa famille, sa femme et ses deux filles, lors de la cérémonie d’ouverture. Même quelques bières ne l’ont pas aidé à traverser le moment sans démontrer ses émotions. « Strick » a aussi révélé, avec courage, qu’il est un partisan des Bears de Chicago. Ce qui a fait réagir la foule agglutinée près de la scène. Mais il a aussitôt témoigné de son affection pour les Packers de Green Bay quand il rentre au bercail. Il a ainsi sauvé la mise ! 

Mémo interne

Un mémo a circulé depuis le début de la semaine sur le Straits. Avec ses 1012 fosses de sable bien comptées, les officiels ont tenu à rappeler qu’il faut appliquer les règlements dans chacune d’entre elles. On se souvient qu’à l’édition 2010 du Championnat de la PGA d’Amérique, Dustin Johnson avait touché la surface avant de s’exécuter sans savoir qu’il se trouvait dans une fosse. Sa pénalité lui avait coûté le trophée. 

Des frissons

EUP-GLF-PGA-SPO-43RD-RYDER-CUP---OPENING-CEREMONY
Photo AFP

Que ce soit au Grand Prix ou dans n’importe quel évènement sportif, le passage de jets de l’armée se veut un moment intense. Hier, deux chasseurs ont survolé Whistling Straits à basse altitude avant de mettre les gaz sur l’horizon après l’hymne national américain. Il n’en fallait pas plus pour donner la chair de poule dans un bruit assourdissant. 

De quel côté ? 

En consultant l’arbre généalogique de Xander Schauffele, on peut se demander si l’Américain sera encouragé par l’un des membres de sa famille. Son père et son frère sont nés à Stuttgart en Allemagne. Sa mère a vu le jour à Taïwan. Xander est né aux États-Unis, mais il a grandi au Japon. « C’est très international comme je me plais à dire. Je suis le seul natif américain dans ma famille. J’en suis fier. On m’a exposé aux autres cultures, ce qui me permet de les comprendre, a expliqué le champion olympique âgé de 27 ans participant à une première Coupe Ryder. « Je crois que mon père va m’encourager, a-t-il ensuite questionné à la blague. Je ne crois pas que vous pourrez lui faire dire qu’il prend pour les Européens. Mais s’il le fait, je veux qu’on m’en informe ! »

Distance : avantage aux Américains

EUP-GLF-PGA-SPO-43RD-RYDER-CUP---OPENING-CEREMONY
Photo AFP

De l’avis de Tony Finau, ses coéquipiers et lui seront avantagés par leur puissance. Des 12 membres de la bannière étoilée, 8 ont présenté une moyenne de coup de départ supérieure à 300 verges durant la saison 2021. Du nombre, 4 figurent dans le top 25 des plus longs cogneurs (DeChambeau, Johnson, Koepka et Schauffele). Avec une moyenne de 305 verges des tertres, Finau a figuré au 31e rang. Sa puissance lui permettra de défier le cœur de l’aller avec deux normales 4 frôlant les 500 verges. Et sur le retour, s’il est précis, il pourra placer la balle en bonne position sur les trous les plus courts.
Comme diraient les plus rusés instructeurs : « il faut placer la balle sur le petit gazon court ». Mais l’herbe longue n’est pas très épaisse. Le fin fétuque est tondu à environ 5 centimètres pour ce tournoi. 

Koepka pétant de santé

L’Américain Brooks Koepka a tenu à rassurer tout le monde, du moins ses admirateurs et les partisans américains : il est en pleine santé ! « Il y a longtemps que je ne me suis pas aussi bien senti. Je suis prêt à jouer autant que le capitaine le souhaite. Tout dépend de lui. »

À VOIR AUSSI...