/news/health
Navigation

Des primes de 12 000$ à 18 000$ pour les infirmières

1 milliard$ pour stabiliser le réseau de la santé

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault donnera des primes de 12 000$ à 18 000$ aux infirmières pour les attirer et les garder dans un réseau de la santé «dysfonctionnel», le temps qu’une «petite révolution» le rende vivable pour des employées désabusées par le temps supplémentaire obligatoire.

• À lire aussi: Infirmières obligées de travailler, tranche un juge

• À lire aussi: Tout un défi de ramener les infirmières au public

«Le défi qu’on a, c’est de réorganiser le travail pour être capable d’offrir une conciliation famille-travail, une prévisibilité aux infirmières dans leurs horaires. Être capable de leur donner une vie de famille, une vie personnelle raisonnable et, surtout, surtout arrêter de leur demander de faire du temps supplémentaire obligatoire», a lancé le premier ministre du Québec, François Legault. 

CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES

M. Legault parle d’une «petite révolution» dans la gestion du réseau de la santé, qui est «presque dysfonctionnel» actuellement. Avec les bonis, il veut faire passer le ratio d’employées à temps plein de 60% à 75%. C’est le seul chemin possible vers des horaires stables et prévisibles, dit-il. «C’est beaucoup d’argent, mais on pense que la situation le justifie», a expliqué M. Legault. 

L’objectif du Québec: recruter 4300 infirmières cet automne pour gonfler des effectifs amochés par la pandémie. D’ailleurs, il risque toujours de perdre 7500 soignants le 15 octobre avec la directive sur la vaccination obligatoire.   

  • Écoutez la rencontre Elsie Lefebvre – Marc-André Leclerc au micro de Geneviève Pettersen sur QUB Radio:   

La FIQ sceptique

La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Nancy Bédard, est heureuse que le gouvernement Legault prenne des engagements sur des principes comme la conciliation travail-famille. Mais elle doute que les infirmières retournent en masse dans le réseau public sans une promesse claire sur la fin du temps supplémentaire obligatoire.

«Pour appliquer sur un poste à temps plein, il faut avoir confiance que ça va changer. Elles en ont eu des promesses depuis 15 ans, et il n’y a pas d’engagement ferme sur la fin du TSO. Est-ce que les principes annoncés aujourd’hui en plus des primes vont suffire? On va le voir, mais j’en doute», commente-t-elle.

Mais on revient à l’analogie de l’œuf et de la poule évoquée par M. Legault la semaine dernière. Québec mise sur les primes pour avoir plus de personnel, ce qui permettra aux gestionnaires de garantir des horaires sur plusieurs semaines et de réduire de façon importante le TSO, ce qui va donc rendre le système plus humain. Christian Dubé promet des indicateurs et un plan. 

Québec a d’autres stratégies: le gouvernement va embaucher une armée de 3000 adjoints administratifs qui auront pour tâche de remplir la paperasse, une activité qui occupe présentement le temps des infirmières. «On aimerait mieux qu'elles passent ce temps-là à soigner des patients», a dit M. Legault.   

  • Écoutez l'entrevue de la présidente du Syndicat local des infirmières (FIQ) du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, Brigitte Petrie, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Fini, les agences

Le ministre de la Santé enverra aussi un mot d’ordre aux PDG des CISSSS et CIUSSSS: les agences privées n’auront plus droit qu’aux postes de soirs, de nuits et de fins de semaine. C’était un irritant majeur décrié par les syndicats. Christian Dubé «va s’assurer qu’à l’avenir, les meilleurs horaires de travail vont d’abord être offerts aux infirmières du réseau public», a dit M. Legault.

«On a très bien compris que l’essentiel, pour les infirmières, ce n’est pas l’argent, c’est la qualité de vie, c’est d’être capable d’arrêter d’avoir du temps supplémentaire obligatoire, d’avoir de la prévisibilité. Il faut que le réseau public de la santé soit la meilleure place pour les infirmières pour travailler, pas les agences privées», a dit M. Legault.  

À plus long terme, il veut attirer plus de gens dans la formation. Il faut s’attendre, lors de la mise à jour économique, à des incitatifs financiers pour les étudiants qui s’inscrivent dans des programmes qui forment du personnel de la santé. «Ça peut être un boni pour chacune des trois années du Bacc., par exemple», a dit M. Legault.

De grosses primes     

  • 15 000$: Pour toutes les infirmières à temps plein déjà dans le réseau, ainsi que celles à temps partiel qui appliqueront sur un poste à temps plein.   
  • 12 000$: Pour les infirmières qui sont à la retraite ou dans le secteur privé et qui obtiennent un poste à temps plein.     

Ces deux primes sont majorées de 3000$ dans les régions qui souffrent d’une pénurie aiguë de personnel:   

  • Outaouais  
  • Abitibi-Témiscamingue   
  • Gaspésie  
  • Côte-Nord  
  • Nord-du-Québec     

Un tiers de la prime est versé immédiatement. Les deux tiers seront donnés dans un an. 

Double trempette:

Pour les retraitées, Québec va s’assurer qu’elles conservent leur pleine pension. 

«Une infirmière qui est à la retraite, qui va travailler dans le privé, il n'y a personne qui lui enlève sa pension. Pourquoi, quand elle revient chez nous, il faudrait qu'elle diminue sa pension?» – Christian Dubé