/news/provincial
Navigation

Mairie de Québec: Bruno Marchand ne taxera pas les propriétés existantes

Bruno Marchand, candidat à la mairie de Québec
Photo Stevens LeBlanc Bruno Marchand, candidat à la mairie de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Bruno Marchand assure qu'il ne surtaxera pas les propriétaires d'immeubles déjà existants le long du tracé du tramway, mais envisage d'aller chercher des sommes dans les poches des promoteurs qui développeront des projets dans l'avenir. 

• À lire aussi: Tramway: Bruno Marchand «ouvert» à une taxe spéciale le long du tracé

Reconnaissant s'être «mal exprimé», la veille, quand il s'est dit ouvert à taxer tous les propriétaires, actuels et futurs, le long du tracé du tramway, Bruno Marchand a rectifié le tir, jeudi.

«Les citoyens de Québec peuvent être rassurés. Il n'y a pas un citoyen, pas une résidence ou quelqu'un qui habite près du tracé du tramway qui va être taxé davantage. C'est hors de question», a-t-il martelé. 

Ses adversaires politiques n'avaient pas hésité à s'emparer de l'affaire, qualifiant notamment son idée de «taxe Marchand» ou de «taxe de bienvenue au tramway.» 

Il a justifié son intervention par le fait qu'il ne s'attendait pas à devoir répondre à cette question la veille. «J'aurais dû être plus précis.»

Il répète vouloir faire «de la politique différente» et admet qu'il lui faut par conséquent être capable «d'admettre [ses] erreurs».

Redevance aux nouveaux projets

L'idée sur laquelle une éventuelle administration Marchand se pencherait, cependant, serait d'imposer une redevance sur les futurs projets résidentiels et commerciaux de grande envergure le long du tracé du tramway. Une redevance est perçue une seule fois, notamment au moment de l'émission d'un permis pour un projet futur. C'est le cas notamment à Montréal, le long du Réseau express métropolitain. 

Cela permettrait à Québec de dégager des sommes entre 200 et 300 millions $, selon une estimation préliminaire. Elles pourraient être réinvesties dans le réseau. Une idée notamment défendue par un groupe de chercheurs de l'ÉNAP. Trois cents millions de dollars, c'est justement la part de la Ville dans le projet de tramway de 3,3 milliards $.

«On veut une équité. C'est un projet qui est payé par les citoyens. [...] On ne pigera pas dans la poche des citoyens, on va piger dans la poche de ceux qui en profitent.»

Passant à la contre-attaque, il a dirigé une pointe vers ses adversaires qui sont favorables au tramway. «On voudrait qu'ils nous expliquent où ils vont le prendre, le 300 millions $. C'est nécessairement les contribuables.»

Il convient que des promoteurs pourraient être rebutés par une telle redevance, mais vante en revanche le caractère «prévisible» de cette mesure. «Les promoteurs, ce qu'ils demandent, c'est la clarté. À Montréal, la valeur foncière a triplé. C'est pas banal.» 

Colistière

Par ailleurs, Bruno Marchand a présenté sa colistière, jeudi. Il s'agit de Catherine Vallières-Roland. Ainsi, si M. Marchand n'est pas élu à la mairie, mais que Mme Vallières-Roland l'est dans son district de Montcalm–Saint-Sacrement, elle lui cédera son siège pour qu'il agisse comme conseiller.

À voir aussi