/sports/fighting
Navigation

Makmudov sans pitié

Le géant russe liquide Teper dès le premier round

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Arslanbek Makhmudov a offert une autre performance à sens unique, jeudi soir, au Centre Vidéotron. 

• À lire aussi: Makhmudov, une grève et la vie normale

Le protégé d’Eye of The Tiger Managament (13-0, 13 K.-O.) a été sans pitié face à l’Allemand Erkan Teper (21-4, 13 K.-O.). Il l’a emporté par knock-out technique à la fin du premier assaut pour conserver ses titres NABA et NABF des lourds. 

Makhmudov a imposé sa puissance dès les premières secondes de l’affrontement. Toutefois, il était clair que Teper n’avait pas d’affaire dans le même ring. 

Le Montréalais d’origine russe a fini son travail de démolition dans les derniers instants du premier assaut. Il a envoyé Teper à trois reprises au plancher. Alors qu’il était assis dans son coin, Teper a décidé qu’il en avait assez. 

« Je ne suis pas vraiment surpris par ce résultat. Arslanbek était simplement trop fort, a souligné l’entraîneur de Makhmudov, Marc Ramsay. On a constaté que Teper se préparait pour la droite d’Arslanbek. 

“Toutefois, lorsqu’il a été frappé par la gauche, il a semblé désemparé. Je suis très content parce que la gauche de mon boxeur n’était pas son point fort à son arrivée en Amérique.”

Selon lui, Makhmudov est prêt pour les gros défis de sa division. 

“On devra maintenant hausser la qualité de ses adversaires, a poursuivi Ramsay. Il faudra cependant payer plus cher pour avoir des opposants de meilleur niveau. Ça fait partie du cheminement normal.”

Dans un monde idéal, il aimerait avoir un top 20 mondial devant son poulain. Toutefois, son promoteur Camille Estephan devra sortir son chéquier. 

Mbilli sans pitié

En demi-finale, Christian Mbilli (19-0, 18 K.-O.) a servi une leçon de boxe à l’Espagnol Ronny Landaeta (18-4, 11 K.-O.). 

Le Montréalais d’origine française a gagné par arrêt de l’arbitre au troisième round. Il met ainsi la main sur le titre WBC continental des Amériques. Cette ceinture lui permettra d’améliorer son classement mondial. 

Photo Stevens LeBlanc

Dès les premières secondes du troisième assaut. Mbilli a atteint solidement Landaeta. Par la suite, ce n’était qu’une question de temps avant que le combat ne prenne fin. 

“Je m’attendais à un adversaire plus résistant, a reconnu celui qu’on surnomme ‘‘Solide’’. Mon travail au corps a fini par payer. Pour la suite, je suis prêt pour n’importe qui.”

Gala signature

Au terme du gala, Ramsay a annoncé ses couleurs pour les prochains mois. EOTTM organisera un gala d’importance au mois de décembre au Centre Vidéotron. 

« Ce sera un gala signature qui marquera une page d’histoire dans notre organisation, a souligné l’entraîneur d’une douzaine de boxeurs. Ceux qui auront cette opportunité devront être prêts. »

À compter du prochain gala, Ramsay travaillera de concert avec le matchmaker Stéphane Loyer sur la conception de la carte des combats. Tous les adversaires seront scrutés à la loupe. 

EOTTM continuera de présenter des galas en région comme ceux à Rimouski et à Shawinigan. Cependant, ceux-ci permettront aux boxeurs de poursuivre leur développement. 

Ils serviront également aux pugilistes qui traversent des moments plus difficiles dans leur carrière. Un concept accepté par Estephan et son bras droit Antonin Décarie. 

Santana terrasse Leblond  

Photo Stevens LeBlanc

Avant les combats principaux de la soirée, Luis Santana n’a pas fait traîner les choses dans son duel contre Dave Leblond.

Le protégé d’Eye of the Tiger Management (4-0, 2 K.-O.) l’a emporté par knock-out dès le deuxième assaut. Santana a mis fin au combat avec une superbe combinaison qu’il a terminée par une puissante gauche au foie. Leblond (4-8, 1 K.-O.) a plié les genoux. Il n’a pas été en mesure de poursuivre l’affrontement tellement la douleur était vive. 

Vallières-Bisson gagne

Martine Vallières-Bisson (4-0, 1 K.-O.) a réussi un tour de force alors qu’elle avait accepté son combat avec un préavis de deux semaines. La Québécoise est venue à bout de l’expérimentée Lindsay Garbatt (9-8-2, 3 K.-O) par décision unanime des juges (60-54 x 3). 

Photo Stevens LeBlanc

Face à une adversaire plus expérimentée, elle est parvenue à placer les meilleurs coups du combat surtout dans la première moitié du duel. 

« Je voulais simplement performer au meilleur de mes capacités, a souligné Vallières-Bisson. Pour moi, cette victoire est un pas en avant dans ma carrière. »

Le retour de Padulo Jr.

Lors du premier combat de la soirée, c’était le retour de l’arbitre Albert Padulo Jr. Il était en devoir pour le combat opposant Jean-Gardy François à Jacob George. 

Il s’agissait de son premier combat depuis qu’il a arbitré celui qui a coûté la vie à la Mexicaine Jeannette, le 28 août dernier, à Montréal. 

C’est lui qui a mis fin au combat dès le premier round. François (1-0, 1 K.-O.) venait d’atteindre solidement George avec deux droites. Le Britanno-Colombien était gelé debout. 

Visiblement nerveux pour son retour, Padulo Jr. a aussitôt arrêté le duel. On voit qu’il traîne encore des traces du combat de Zapata. Ça lui prendra un certain temps et quelques combats pour revenir à la normale. 

Le Journal a tenté de recueillir ses commentaires après l’affrontement, mais la Régie a donné la directive à tous ses officiels de la soirée de ne pas donner d’entrevues aux médias pendant la soirée. Il faut préciser que l’enquête du coroner est sur le point de commencer. 

D’ailleurs, avant le combat entre Dave Leblond et Luis Santana, une minute de silence a été observée en hommage à Zapata. 

Dans un autre combat à l’affiche, Hubert Poulin (2-0-1) et Stuart Twardzik (1-0-1, 1 K.-O.) se sont livré un verdict nul dans une bataille pour hommes. 

À VOIR AUSSI...