/opinion/columnists
Navigation

La chance de Danielle McCann

Sante Danielle McCann
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Reconnaissons-le, les Français sont coriaces ! Mécontents de la manière dont leur ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a géré la pandémie, ils ont déposé plainte par milliers.

Judiciarisation

Mme Buzyn a comparu devant la justice et a été inculpée de « mise en danger de la vie d’autrui ». On lui reproche la prise en charge tardive des malades et ses conséquences quelquefois fatales. Elle devrait aussi comparaître pour « abstention volontaire de combattre un sinistre ». D’autres membres du gouvernement pourraient également bientôt comparaître, dont son successeur, Olivier Véran. 

On pourrait philosopher sur le degré acceptable de judiciarisation de la vie politique et de responsabilité pénale des ministres. Mais chose certaine, les Français ont l’immense mérite d’exiger que leurs responsables politiques rendent des comptes, et de réclamer qu’aucun ministre ne soit au-dessus des lois. 

D’ailleurs, on rappelle souvent aux citoyens que leurs droits occasionnent aussi des obligations. Soit ! Or, comme le pouvoir confère aux élus le droit de décider pour tous, n’est-il donc pas logique que ce droit soit également accompagné de responsabilités ?

Responsabilité

Au Québec, Danielle McCann était ministre de la Santé lorsque l’hécatombe des CHSLD s’est produite et que des patients étaient abandonnés sans soins, sans nourriture et sans eau. On se souviendra que la ministre aurait envoyé, le 25 mars 2020, une missive aux CHSLD stipulant que les patients COVID « doivent demeurer dans leur centre » et n’être conduits à l’hôpital « que de façon exceptionnelle ». Qui sait combien de décès ont été causés par ce refus de prise en charge !

Mme McCann aurait dû être limogée. Mais elle est infiniment plus chanceuse que Mme Buzyn puisque, au lieu d’exiger qu’elle rende des comptes, on lui a plutôt confié le ministère de l’Enseignement supérieur ! 

Gouverner, c’est être imputable. Alors pourquoi Mme McCann est-elle ainsi protégée ? Et pourquoi accepte-t-on qu’elle se soustraie aussi facilement à ses responsabilités ?