/finance/business
Navigation

La québécoise KDC/ONE tourne le dos à son introduction en Bourse

Après avoir courtisé Wall Street, elle affirme maintenant vouloir demeurer privée

Coup d'oeil sur cet article

Contre toute attente, Knowlton Development Corporation (KDC/ONE) fait marche arrière sur son projet pourtant longtemps mûri d’inscription aux Bourses de New York et de Toronto.

• À lire aussi: Au bord du gouffre, Evergrande va rembourser une petite partie de sa dette

« Vous avez raison. Nous avons décidé de ne pas aller de l’avant avec notre premier appel public à l’épargne [PAPE] », a répondu par courriel au Journal Michael Salzillo, vice-président, Communication globale de l’entreprise. 

Ce revirement complet de situation survient alors qu’il y a dix jours à peine, l’entreprise de Longueuil, avec des installations de productions importantes dans les Cantons-de-l’Est, diffusait un communiqué à l’intention des investisseurs pour confirmer son entrée en Bourse d’ici la fin de la présente semaine.

Spécialisée dans la fabrication de produits de beauté et de soins personnels, KDC/ONE avait déposé cet été ses documents réglementaires devant les autorités américaines et canadiennes en vue d’une entrée simultanée aux Bourses de New York et de Toronto.

Cette inscription était pilotée en outre par Goldman Sachs, JPMorgan, BMO et UBS. Ces derniers estimaient le prix initial du titre à naître à entre 13 $ US et 15 $ US. De cette opération, KDC espérait récolter 800 millions de dollars US de liquidités, lesquels lui auraient permis de réduire son niveau d’endettement, décrié par les agences de notation. 

Un projet mort-né

Or, jeudi matin, l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) annonçait, sans explication, sa décision de « suspendre temporairement » toute négociation à l’égard du titre de KDC. 

« Compte tenu de la volatilité du marché, nous avons déterminé que la meilleure voie à suivre pour nous en ce moment était de continuer à nous concentrer sur la croissance de notre entreprise en tant qu’entité privée », a confirmé Michael Salzillo.

« Notre stratégie d’affaires ne changera pas à la suite de cette décision - nous continuerons à investir dans l’entreprise, à développer nos capacités et à proposer des solutions innovantes pour répondre aux besoins de nos clients », a-t-il poursuivi en ajoutant n’avoir rien de plus à communiquer.

Plus de 15 000 employés

Le PDG de l’entreprise, Nicholas Whitley, du New Jersey aux États-Unis, n’a pas donné suite à nos demandes d’explications. Même silence de la part Chris Kettmann, de Lincoln Churchill Advisors, responsable des relations avec les investisseurs. 

Fondée en 1990, sur les cendres de l’américaine Clairol, Knowlton Development compte aujourd’hui plus de 15 000 employés dans 25 usines dans le monde, dont environ 800 au Québec. Son chiffre d’affaires a dépassé les 2 milliards $ US au cours du dernier exercice financier. 

Après plusieurs transactions, le contrôle de l’entreprise a été cédé à l’américaine Cornell Capital, avec 43 % des actions. La Caisse de dépôt et placement du Québec détient une participation de 18 % dans l’entreprise, pour une valeur estimée à entre 500 millions $ et 1 milliard $. De son côté, en mars dernier, Investissement Québec détenait toujours 57 millions $ d’actions.

À VOIR AUSSI...