/news/politics
Navigation

Les deux Michael sont de retour au Canada

Coup d'oeil sur cet article

Les Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor sont arrivés au pays après près de trois ans d’incarcération en Chine. 

• À lire aussi: Accord entre Washington et Huawei pour un retour en Chine de sa directrice financière

• À lire aussi: Manifestation à Ottawa en soutien aux deux Canadiens détenus en Chine

• À lire aussi: Emprisonnement des deux «Michael»: le ministre Garneau dénonce l’absence de transparence

Les Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor ont été libérés après plus de 1000 jours de détention en Chine, seulement quelques heures après avoir appris que la directrice financière de Huawei, prisonnière au Canada, retournerait dans son pays. 

« Michael Kovrig et Michael Spavor ont quitté l’espace aérien chinois en route pour la maison. Ils sont à bord de l’avion avec notre ambassadeur en Chine, Dominic Barton », a indiqué le premier ministre Justin Trudeau lors d’un point de presse vendredi soir. 

Ils sont arrivés samedi matin à l'aéroport de Calgary, en Alberta. 

Un accord permet à la dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, de retourner chez elle.
Photo AFP
Un accord permet à la dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, de retourner chez elle.

La libération des deux prisonniers canadiens est survenue seulement quelques heures après que Washington et Huawei eurent conclu un accord pour la libération de la directrice financière de l’entreprise chinoise de télécommunications Meng Wanzhou.

Ce dénouement met ainsi un terme à la saga entre la Chine et le Canada, qui dure depuis trois ans.

Pas un hasard

Pour Loïc Tassé, politologue spécialiste de la Chine, la décision de la Chine de libérer aussi rapidement les deux otages est « curieuse » parce qu’elle renforce cette idée qu’il n’y a pas de séparation de pouvoir entre le gouvernement et la justice.

« Ça s’est fait très rapidement. Le pays n’a même pas tenté de se sauver la face en prétendant que ce n’est pas lié. C’est certain que tout le monde l’a vu comme des représailles diplomatiques. On parle même d’otages. »

À son avis, il est légitime de se demander s’il n’y a pas eu aussi des négociations ou même des promesses en dessous de la table de la part du gouvernement canadien, pour que ça soit aussi rapide. 

Pour lui, ce n’est pas un hasard que cette histoire aboutisse seulement quelques jours après les élections fédérales. 

« Justin Trudeau est très pro-Chine. C’est un peu inquiétant. Si ce n’est qu’un échange de prisonniers, on peut s’en réjouir, mais s’il y a d’autres promesses en dessous de tout ça, il est normal de s’interroger sur toute cette histoire », conclut-il.  

Procès expéditif

Rappelons que le procès expéditif des deux Michael s’était tenu à huis clos au printemps dernier. M. Spavor avait alors été condamné à 11 ans de prison tandis que M. Kovrig attendait encore son verdict.

Les deux Canadiens étaient détenus en Chine depuis 2018 après des accusations d’espionnage. 

Ils avaient été emprisonnés quelques jours après que Mme Wanzhou a été arrêtée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Vancouver, sur ordre des autorités américaines.