/opinion/columnists
Navigation

Santé: les syndicats doivent collaborer

Santé: les syndicats doivent collaborer
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le plan de Christian Dubé pour regarnir en personnel le réseau de la santé est-il parfait ? Non. Est-il miraculeux ? Sûrement pas. Mais il constitue un effort certain (et coûteux) pour sortir d’une crise dans l’immédiat. 

Il offre aussi des pistes pour corriger des lacunes qui traînent dans notre système de santé depuis des décennies. On parlait de manque d’infirmières et de personnel épuisé dans les hôpitaux au tournant de l’an 2000... et on disait à l’époque que ce n’était pas un problème nouveau.

Face à l’ampleur de la crise du manque de personnel, le gouvernement n’a aucune chance de réussite si les acteurs du réseau se braquent ou se désolidarisent. Le plan de match a beau être valable, si les principaux intéressés n’y collaborent pas, le réseau de la santé va faire du sur-place et les patients vont en souffrir.

Pour la collectivité

Je fais donc appel à la conscience collective des syndicats de la santé. La défense de leurs membres, ils l’ont faite abondamment. L’épuisement, les horaires de fou, la mauvaise organisation du travail, le message est passé. Ils peuvent dire mission accomplie. 

Les syndicats de la santé ont aussi défendu leurs membres lors de la récente négociation. La convention signée l’été dernier accorde aux syndiqués de la santé des avancées sur plusieurs de leurs demandes. Ces demandes ont beau être justifiées et légitimes, y répondre favorablement coûte des centaines de millions. On demande aux contribuables de mettre la main dans leur poche.

Face à une nouvelle proposition pour pourvoir des postes critiques dans le réseau, il me semble que les syndicats doivent faire plus que défendre leurs membres. Nous sommes en droit de nous attendre à les voir collaborer et aider au recrutement. Nous sommes en droit d’espérer qu’ils assument leur rôle social et fassent partie de la solution.

Dénoncer l’employeur

De toute façon, la critique de « l’employeur » comme étant un gros méchant qu’il faut combattre est absurde. Il y a certainement de mauvaises habitudes de gestion à corriger dans le réseau. Mais l’employeur, c’est l’État, dirigé par un gouvernement élu.

Quand le PQ était au pouvoir, on entendait les hauts cris sur l’attitude terrible de l’employeur !

Quand les libéraux étaient au pouvoir, on entendait les hauts cris sur l’attitude terrible de l’employeur !

La CAQ est au pouvoir et... on entend encore les hauts cris sur l’attitude terrible de l’employeur !

Sincèrement, cela tourne au ridicule. 

Les syndicats de la santé sont aussi interpellés dans le dossier de la vaccination obligatoire. Dans trois semaines, des infirmières et d’autres employés de la santé devront partir, faute d’être vaccinés. Les syndicats ont encouragé la vaccination, mais ont toujours laissé un espoir à la minorité de leurs membres qui s’entêtent. 

Les syndicats de la santé pourraient jouer un rôle collectif exemplaire en renonçant à cette défense perdue d’avance et en se ralliant à la vaccination pour tous.