/news/consumer
Navigation

Des vins moins chers qu’à la SAQ dans un «casse-croûte industriel» de Québec

Bières et Frites ne sert que des poutines, des loukoumades, de la bière et... du vin

Les propriétaires de Bières et Frites espèrent avoir 10 succursales d’ici trois ans.
Photo Didier Debusschère Les propriétaires de Bières et Frites espèrent avoir 10 succursales d’ici trois ans.

Coup d'oeil sur cet article

Des vins moins dispendieux qu’à la Société des alcools du Québec (SAQ)? C’est ce qu’est fière d’offrir la nouvelle enseigne Bières et Frites, laquelle mise sur une formule de «casse-croûte industriel» avec alcool. Un concept qui est né des impacts de la pandémie. 

Selon une liste de prix fournie au Journal, au moins 10 variétés de vin qui se retrouvent sur les tablettes de la société d’État sont moins chers de quelques cents à plus d’un dollar chez Bières et Frites, comme le Château La Pierrière Castillon Côtes de Bordeaux et le Lamole di Lamole Chianti Classico.

Une offre d’alcool qui est légale aux yeux de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec, puisqu’elle n’a pas de prix plancher concernant la vente au détail des vins. Bières et Frites dit avoir coupé sur les marges de ristourne avec ses fournisseurs pour offrir des prix avantageux aux consommateurs.

Jérôme Landry, copropriétaire de Bières et Frites
Photo Didier Debusschère
Jérôme Landry, copropriétaire de Bières et Frites

«C’est un restaurant nouveau genre avec des prix modiques», répond le copropriétaire Jérôme Landry. Il est aussi actionnaire des boîtes à chansons La P’tite Grenouille, qui ont plus souffert des impacts de la pandémie.

«Lorsqu’on s’est assis pour voir comment nous allions vivre avec la COVID-19, nous nous sommes rendu compte que les commerces qui fonctionnaient bien, c’était ceux avec du take out et un service à l’auto», poursuit-il.

La direction a alors décidé de mettre au monde l’enseigne Bières et Frites, qui mise sur un service rapide et une offre de 110 variétés de vin. Pas de hamburger ou de hot-dog sur le menu. Seulement des poutines et des loukoumades. «On réussit à faire un client en moins de deux minutes», fait valoir le patron.

Avec l’achat de nourriture, le consommateur peut partir avec une bouteille de vin ou une canette, ou même une caisse de bières. Il ne peut toutefois pas acheter exclusivement de l’alcool, en raison du permis de l’établissement.

L’enseigne Bières et Frites, située au 550, rue du Marais, offre également aux clients la possibilité de manger sur place avec une formule de casse-croûte. L’établissement possède une salle à manger pouvant accueillir jusqu’à 85 personnes. Une vingtaine d’employés ont été embauchés.

10 succursales d’ici 3 ans

Ouvert depuis le 29 juillet, Bières et Frites a déjà des visées d’expansion. La direction souhaite compter dix points de vente d’ici trois ans. Deux autres succursales devraient ouvrir dans la grande région de Québec.

«Il va y en avoir une autre sur la Rive-Nord et une autre sur la Rive-Sud, probablement dans la prochaine année», avance M. Landry. Chaque succursale nécessitera un investissement d’environ un million de dollars.

Les propriétaires souhaitent aussi rapidement mettre un pied à terre du côté de Montréal. «Oui, c’est une ville où on va s’installer», révèle M. Landry.

Bières et Frites a aussi comme copropriétaire le Groupe Blanchette, qui a mis au monde l’enseigne Thaï Zone — avant de la revendre à MTY — et qui est actionnaire des chaînes SHAKER Cuisine & Mixologie et La P’tite Grenouille.

À voir aussi