/news/health
Navigation

Québec: 10 000 patients se retrouvent sans médecin de famille

Coup d'oeil sur cet article

Sur 25 médecins de famille qui pratiquent à la clinique Saint-Louis, à Québec, six ont annoncé qu’ils partaient à la retraite, laissant 10 000 patients sans médecin, puisqu’ils ne seront pas remplacés.

• À lire aussi: Primes aux infirmières: «Ce n’est pas une révolution, c’est un plaster»

• À lire aussi: L’urgence de Saint-Eustache encore à éviter

Médecin de famille à cette clinique, Louise Caron s'inquiète des répercussions du départ de ses collègues.

Elle dénonce le système gouvernemental d'attribution des postes qui vise une répartition des nouveaux médecins dans l'ensemble de la province selon les besoins, un système basé sur un calcul qui ne fait pas l'unanimité.

«Il faut que ces gens qui font le calcul prennent le temps de regarder c'est quoi la pratique du médecin. Est-ce qu'il travaille en IRDPQ, en réadaptation, est-ce qu'il voit des patients, est-ce qu'il fait du sans rendez-vous ou de l'urgence, est-ce qu'il fait de l'administration?», a-t-elle expliqué.

«Ce n'est pas un poste pour un poste, c'est un poste qui est distribué à différents endroits. Il faut vraiment qu'ils viennent s'asseoir, voir la pratique actuelle comment elle est, recalculer tout ça», a poursuivi la Dre Caron.

Craintes

Si la situation touche directement les patients de la clinique qui perdent leur médecin de famille, elle demeure inquiétante pour certains autres qui appréhendent ce moment un jour ou l'autre.

«J'avais perdu mon médecin, à l'époque, à une clinique médicale à Beauport. Puis, j'étais venue au sans rendez-vous ici. Puis, par hasard, elle avait encore de la place pour des patients. J'avais l'impression d'avoir gagné à la loterie quand elle nous a pris tout le monde», a raconté une passante au micro de TVA Nouvelles.

Pénurie de médecins de famille

Le manque de nouveaux médecins de famille est aussi un enjeu. Selon la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), il en manquerait autour de 1000 actuellement. La docteure Caron croit que des discussions constructives avec le gouvernement doivent se tenir pour espérer s'en sortir.

«Ça prend vraiment une réorganisation, il faut travailler en groupe, il faut apprendre à déléguer à d'autres professionnels, mais ça prend plus de bras aussi», a-t-elle conclu.