/news/politics
Navigation

Un maire défie le ministère des Transports

Coup d'oeil sur cet article

Épuisé par l’inaction du ministère des Transports du Québec (MTQ) après avoir demandé à maintes reprises une nouvelle signalisation à une intersection jugée dangereuse, le maire de Lanoraie, dans Lanaudière, a décidé de prendre les choses en mains samedi. 

Jugeant l’intersection du chemin Joliette et de l’avenue des Tilleuls dangereuse, Gérard Jean a décidé d’aller installer lui-même une nouvelle signalisation en plus de peindre une traverse piétonne.

«Je suis quand même imputable de 5100 citoyens et puis ça fait depuis 2015 qu’on talonne le ministère des Transports avec cette traverse-là. On ne veut pas nous la donner», a expliqué le maire en entrevue à LCN.

«Moi, je vais quitter la politique le 7 novembre et je ne veux pas avoir sur la conscience qu’un de mes citoyens se fasse écrasé ici», a plaidé M. Jean.

L’intersection en question est située aux abords d’un parc ainsi que des principaux commerces de la ville. Un quartier résidentiel se trouve également à proximité de celle-ci. L’achalandage est donc plutôt élevé dans le secteur.

Malgré son coup d’éclat, le maire assure avoir le soutien de sa communauté.

CAPTURES TVA/ Agence QMI

«Depuis tantôt, les gens passent [et me disent] ''félicitations monsieur le maire'', ''vous êtes le meilleur''. Je pense que les gens attendent ça et à un moment donné, ça fait longtemps que les gens me disent ''Qu’est-ce que vous faites?''», a-t-il lancé.

Le maire de Lanoraie a ainsi décidé qu’il n’allait plus attendre l’intervention du ministère, qui a d’ailleurs débarqué sur les lieux en matinée pour l’interpeller.

«J’ai pris le taureau par les cornes. Je suis délinquant en faisant ça. Il me disait que je n’avais pas le droit. Bien j’ai dit vous aurez l’odieux de venir le défaire si vous venez le défaire. Mais je ne serais pas tout seul, les citoyens vont être derrière moi», a martelé M. Jean.

Reste à voir si les panneaux d’arrêt et la traverse piétonne sont là pour rester ou si le MTQ interviendra.

Le ministère des Transports du Québec a confirmé à TVA Nouvelles qu’il allait fournir une réponse lundi, tout en rappelant par voie de communiqué que la signalisation routière est encadrée.

«L’établissement des normes suit un processus précis, chapeauté par des ingénieurs certifiés», a expliqué le ministère.