/news/currentevents
Navigation

Explosion à Beauceville: des employés tremblaient après le drame

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire de l’usine où s’est produite l’explosion ayant causé la mort de trois employés, à Beauceville, a accepté de parler des dernières journées particulièrement difficiles, une semaine, jour pour jour, après le drame.

• À lire aussi: Explosion à Beauceville: l'un des travailleurs blessés est loin d’être tiré d’affaire

• À lire aussi: Explosion à Beauceville: frappé par un souffle de chaleur de plus de 1000 °C

• À lire aussi: Beauceville: un travailleur au mauvais endroit au mauvais moment

• À lire aussi: Explosion à Beauceville: trois pères tués en voulant sauver les autres

Nicolas Drouin a raconté les grandes difficultés rencontrées par la cinquantaine de travailleurs de Bois Ouvré, à Beauceville. 

«On vit aussi un deuil, mais c'est rien par rapport à ce que les familles vivent. C’est quand même trois employés... On gère de l’être humain, trois êtres humains qu’on côtoyait», explique Nicolas Drouin en entrevue à TVA Nouvelles.

Il admet que les jours ayant suivi la tragédie ont été très difficiles.

«Le spectre de l’insécurité avec les employés était très large», détaille-t-il. 

Si certains employés ressentaient le besoin de recommencer le travail rapidement, d’autres étaient sous le choc.  

«Des employés sont venus nous voir et tremblaient en nous disant: “Je peux-tu te parler?” J’ai des employés qui s’imaginaient qu’ils avaient à voir avec ça pour une raison X. C’était juste de réconforter ces gens-là, de s’assurer qu’ils se sentent bien.»

Le propriétaire de Bois Ouvré explique qu’il a aussi proposé aux employés qui le souhaitent de travailler dans d’autres installations dans la région.

«Qu’ils prennent le temps qu’il faut», a toutefois assuré le propriétaire. 

L’usine Bois Ouvré Beauceville emploie une cinquantaine de travailleurs, dont trois d’entre eux sont morts après l’explosion de lundi dernier. Un autre travailleur se trouve toujours dans un état critique. 

Les installations où s’est produit le drame sont toujours fermées.