/news/politics
Navigation

Retour du baseball à Montréal: le gouvernement Legault accusé de rendre service à «des chums milliardaires»

Les partis d’opposition ne veulent pas d’une aide publique pour un stade de baseball

POY-MARTIN CHEVALIER
Photo Martin Chevalier Advenant un retour des Expos, les partis d’opposition ne veulent pas d’aide publique pour la construction d’un nouveau stade, ce qui ne ferait pas revenir le club au Stade olympique.

Coup d'oeil sur cet article

Plutôt que de se soucier du bien commun, le gouvernement Legault a à cœur l’intérêt d’une poignée de milliardaires en projetant de soutenir la construction d’un stade de baseball à Montréal, déplorent les partis d’opposition.

• À lire aussi - Nouveau stade de baseball: un oui à certaines conditions pour Ivanhoé Cambridge

« Si le gouvernement veut dépenser de l’argent, il manque de logements sociaux, de garderies, il faut reconstruire des hôpitaux comme Maisonneuve-Rosemont. Ça serait indécent d’aller dans une patente à la Youppi. On devrait avoir eu notre leçon avec ces quêteux professionnels de subventions », lance le député de Québec solidaire Vincent Marissal.

  • Écoutez l'entrevue de Vincent Marissal avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Et il n’y a pas que les solidaires qui sont contre une aide publique pour appuyer le retour du baseball majeur à Montréal. 

Enrico Ciccone.
Député
Photo Simon Clark
Enrico Ciccone. Député

Le Parti libéral du Québec est du même avis : le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, n’a pas à « aider ses chums milliardaires à se construire un stade », tonne Enrico Ciccone. 

« Ça ne passera pas auprès de la population », dit-il. 

« La relance économique, ça ne passe pas par de l’argent public dans un stade », ajoute le député de Marquette.

Au PQ, on se questionne également sur les priorités du gouvernement Legault. Pendant qu’il y a des « besoins criants en infrastructure et en main-d’œuvre scolaire et hospitalière », ce n’est pas le temps de mettre de l’argent public dans un stade, dit-il.   

  • Écoutez La Rencontre Adbelfadel-Vallières avec Yasmine Abdelfadel et Dominic Vallières sur QUB radio:   

Retombées économiques

Les trois partis réagissaient à la sortie du ministre Pierre Fitzgibbon. En entrevue au Journal, il avait révélé samedi avoir « des discussions à haut niveau » avec Claridge, la société en investissement de Stephen Bronfman. 

L’idée est de construire un stade au bassin Peel de Montréal pour obtenir une partie des matches des Rays de Tampa Bay.

« Le gouvernement est prêt à faire quelque chose. Est-ce que ce sera suffisant pour le groupe de M. Bronfman, c’est encore à déterminer. Mais c’est un projet intéressant », a indiqué M. Fitzgibbon. 

M. Fitzgibbon a précisé lundi qu’une « implication financière doit être conditionnelle à des retombées économiques plus importantes que les investissements ».

M. Marissal, dont la circonscription est voisine du Parc olympique, est beaucoup plus favorable à une rénovation de son stade. 

« Il faut changer les 60 000 bancs, le système d’éclairage, il faut le rendre moins énergivore, il y a un beau projet là, il faut revitaliser tout le secteur. C’est frustrant de voir que le grand milieu des affaires ne considère jamais l’est de Montréal. Comme si c’était une zone inhospitalière lointaine et sauvage », a-t-il indiqué. 

  • Écoutez la chronique de Gilles Proulx au micro de Richard Martineau sur QUB radio:   

Non merci pour Plante

À Montréal, la question d’un financement public a également fait réagir les candidats en pleine élection municipale. 

Pour Valérie Plante, il n’est « pas question » de mettre un sou des contribuables dans un stade. 

M. Coderre a évité de prendre position. Il croit que les citoyens ne « veulent pas » en entendre parler alors qu’ils tentent de se sortir de la pandémie. 

À VOIR AUSSI...