/news/green
Navigation

Changements climatiques: François Legault ira en Écosse pour la COP26

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo Stevens LeBlanc Le premier ministre du Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault se rendra en Écosse, à l’occasion de la Conférence de Glasgow sur les changements climatiques (COP26) prévue fin octobre, pour faire valoir le potentiel du Québec en matière d’énergies vertes.

• À lire aussi: «Il est temps» : les jeunes veulent leur mot à dire pour sauver la planète

• À lire aussi: Le monde «sur un chemin catastrophique vers +2,7°C de réchauffement»

En 2019, le chef caquiste, qui avait brillé par son absence lors de la précédente édition du sommet de l’ONU sur le climat en Madrid (COP25), avait promis de se reprendre l’année suivante. 

  • Écoutez l'analyse de Philippe-Vincent Foisy et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

En raison de la pandémie, la COP26 a finalement été retardée d’un an. Officiellement, le sommet est prévu du 1er au 12 novembre. 

M. Legault entend en profiter pour mousser l’entente historique conclue dans les derniers jours pour approvisionner la ville de New York pendant 25 ans en hydroélectricité. 

«Je pense que le Québec a beaucoup à montrer de son expertise. Je le répète souvent, mais quand on prend les 60 états et provinces en Amérique du Nord, c'est le Québec qui émet le moins de GES par habitant», a fait valoir le premier ministre. 

Filière électrique

«Ce sera l'occasion aussi de voir éventuellement des partenariats qu'on pourrait établir, entre autres, autour du transport électrique, que ce soit des autobus, que ce soit train, tramway», a-t-il souligné, en rappelant la présence au Québec du siège social d’Alstom, et d’entreprises comme Lion. 

Québec souhaite également miser sur le développement de «la filière batterie», du lithium au produit final. M. Legault croit aussi au potentiel de l’hydrogène vert. 

À voir aussi