/news/currentevents
Navigation

Des partys qui tournent au désordre à Val-Bélair

Des commerçants de Val-Bélair se plaignent des nombreux rassemblements après une agression

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants du secteur de Val-Bélair exigent une intervention musclée de la police pour freiner les rassemblements de plusieurs centaines d’adolescents les soirs de fin de semaine près de l’aréna des Deux Glaces, sous les lignes d’Hydro-Québec. 

• À lire aussi: Un party dans un garage dégénère à Montréal-Nord

• À lire aussi: Party à Montréal-Nord: le propriétaire ne croit pas à la pandémie

Excédée des partys en plein air qui ne cessent de prendre de l’ampleur, une propriétaire de salon de quilles ne sait plus quoi faire pour protéger ses employés et ses clients qui commencent à craindre pour leur sécurité.

Éric Guillemette, des Studios Unis et du XL Gym, qui a été agressé, et Karine Boudreau, du Quillorama.
Photo Jean-François Racine
Éric Guillemette, des Studios Unis et du XL Gym, qui a été agressé, et Karine Boudreau, du Quillorama.

Après les beuveries, le ménage est de plus en plus long à faire, sans compter les menaces, l’intimidation et les graffitis sur l’immeuble. 

Selon nos informations, plus de 300 jeunes ont fait la fête la semaine dernière. D’autres sources parlent même d’une affluence allant jusqu’à 1000 personnes à cet endroit. 

  • Écoutez l'entrevue de Éric Guillemette qui a été menacé avec une machette, au micro de Geneviève Pettersen sur QUB radio:  

Agression

« Faut parler de ce qui se passe dans le trou. La police n’a pas les effectifs pour réagir et intervenir. Les jeunes viennent de partout. C’est un calvaire », explique Karine Boudreau, qui dirige le Quillorama, sur la rue de l’Innovation.

Samedi soir dernier, l’entraîneur d’un gym à proximité a été agressé alors qu’il tentait d’éloigner des mineurs qui se trouvaient à l’extérieur, devant ses locaux. L’altercation s’est produite devant une caméra de sécurité. Le Journal a pu visionner la bande.

Capture d’écran d’une caméra de sécurité montrant l’agression d’Éric Guillemette.
Capture d'écran courtoisie
Capture d’écran d’une caméra de sécurité montrant l’agression d’Éric Guillemette.

Gardant son sang-froid, on voit alors l’individu contacter les policiers. Un jeune soulève même son chandail pour montrer qu’il porte une arme blanche. À ce moment, un attroupement se forme et l’ancien militaire se fait asséner deux solides coups à l’arrière de la tête sans riposter. Ses ecchymoses sont encore bien visibles.

« J’ai fait 20 ans dans l’armée et ce n’est pas vrai que je vais me faire intimider par des enfants. Je ne vais pas commencer à faire des tours de garde ici. S’ils veulent se défouler, je vais leur donner des cours gratuits ! » lance Éric Guillemette, des Studios Unis et du XL Gym.

Après l’agression, le solide gaillard a refusé les soins, mais une plainte a été déposée.

Les autorités sont bien au fait des débordements. Dans ce boisé près des pylônes, la fuite est facile lorsque les gyrophares s’approchent.

« Il y a des parcs problématiques, dont celui-là. Les patrouilleurs leur ont demandé de quitter les lieux », explique notamment Sandra Dion, porte-parole du SPVQ. 

  • Écoutez la chronique de Geneviève Pettersen avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

La fête achève

« Au début, c’était beau, mais il faut que ça finisse. Il n’est pas question qu’on tolère ça. Il y a eu une escalade et il faut se réajuster. C’est inacceptable », mentionne le conseiller Sylvain Légaré.

Même si le retour du temps froid risque de calmer les esprits, les commerçants ne veulent pas voir le même manège reprendre l’an prochain. Dès vendredi soir, la police devrait user d’une nouvelle stratégie.

« Parfois, ce sont les parents qui viennent les reconduire ! Il faut trouver une solution », demande Karine Boudreau.

« Qu’est-ce qu’un jeune de 13 ans intoxiqué fait dehors à 23 h ? Il y a des parents irresponsables », termine Éric Guillemette.

À VOIR AUSSI...