/news/politics
Navigation

La pénurie de main-d’oeuvre au coeur du prochain minibudget

Ce sera un sujet important de la mise à jour économique prévue en novembre

Le premier ministre du Québec, François Legault, a prononcé une allocution au Congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), le jeudi 30 septembre 2021, au Centre des congrès de Québec.
Capture d'écran TVA Nouvelles Le premier ministre du Québec, François Legault, a prononcé une allocution au Congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), le jeudi 30 septembre 2021, au Centre des congrès de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

La prochaine mise à jour économique du ministre des Finances, Eric Girard, sera axée entre autres sur la pénurie de main-d’œuvre, a annoncé le premier ministre François Legault, qui y voit une opportunité d’offrir de meilleurs emplois aux Québécois.

« Sans scooper le minibudget qui s’en vient au mois de novembre, ça va être un sujet important », a signalé le chef caquiste, dans un discours prononcé devant la Fédération québécoise des municipalités (FQM), qui réunit de nombreux maires et préfets des régions.

M. Legault promet entre autres d’offrir davantage d’accompagnement aux entreprises afin qu’elles augmentent leur productivité, tout en donnant un coup de main financier aux travailleurs qui souhaitent se recycler dans des créneaux d’avenir. Il entend notamment s’inspirer de l’Allemagne et des pays scandinaves.

« Un mot que vous allez beaucoup entendre dans les prochaines années, c’est requalification », a souligné M. Legault.

Il a du même coup cherché à tempérer les attentes. « Il reste qu’on ne pourra pas combler tous les postes, a-t-il prévenu. Il y en a 150 000 à combler. [Bientôt], on va être rendu à 200 000, 250 000, 300 000 [emplois à pourvoir]. »

« Une bonne nouvelle »

Même s’il reconnaît que la pénurie de main-d’œuvre frappe durement les employeurs, François Legault considère qu’on vit actuellement une « période de transition », au bout de laquelle les travailleurs ressortiront gagnants.

« C’est ça qu’il y a de plus important. Il faut le regarder positivement tout en accompagnant les entreprises », a plaidé le premier ministre.

« Pendant longtemps au Québec [...], les employeurs avaient le gros bout du bâton quand ils affichaient une job. [...] Aujourd’hui, ç’a changé complètement de bord. Les employés [...] peuvent choisir leur emploi [...], une qualité de vie, un meilleur salaire. Il y a quelque part là-dedans une bonne nouvelle. »

François Legault a également laissé miroiter aux maires des plus petites municipalités du Québec davantage d’argent en voirie locale.

Fonctionnaires en région

Il a aussi réaffirmé sa promesse de transférer, vers les régions, « des milliers » de fonctionnaires, et cela « dans la prochaine année ». Il a toutefois omis de préciser s’il s’agira bel et bien de 5000 postes, comme il s’y était engagé en 2018. La présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, devrait dévoiler son plan dans les prochaines semaines.

Le président de la FQM, Jacques Demers, a notamment plaidé pour que ce ne soit pas que de simples postes de fonctionnaires, mais aussi de « décideurs ».

D’avis que toute proportion gardée, le Québec accueille « beaucoup plus d’immigrants » que la France ou les États-Unis, M. Legault a fermé la porte à des hausses significatives des seuils d’immigration, autres que celles déjà prévues.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.