/news/society
Navigation

Les «histoires d’escaliers» à l’honneur

Escale
Photo Stéphane Bourgeois L’escalier du Faubourg, où une structure architecturale éphémère a été installée.

Coup d'oeil sur cet article

Les 30 escaliers de la ville de Québec sont mis en valeur dans un nouveau projet artistique dans le cadre duquel les gens sont invités à partager les histoires qu’ils ont vécues quelque part... entre deux marches.

L’instigatrice de l’événement intitulé L’Escale, Catherine-Ève Gadoury, espère ainsi recueillir plusieurs centaines d’anecdotes liées aux différents escaliers de la ville de Québec, qui la caractérisent.

En seulement deux jours, elle affirme avoir déjà recueilli une cinquantaine d’histoires, concernant principalement l’escalier du Faubourg, rue Saint-Jean, où une structure architecturale éphémère a été installée pour l’occasion.

«Nous sommes preneurs de toutes les histoires d’escaliers à Québec, tout le monde a une histoire d’escaliers», dit-elle. «Chaque escalier a une identité propre et lie des quartiers différents», ajoute-t-elle, précisant que l’initiative suscite déjà beaucoup d’intérêt chez les citoyens de Québec. 

Escale
Photo Stéphane Bourgeois

Demande en mariage

Parmi les témoignages reçus, ceux d’un couple qui est né dans l’escalier du Faubourg et d’une demande en mariage ont notamment retenu son attention. 

«Nous avons reçu un super beau texte de la part du couple, qui raconte venir chaque année dans les marches pour célébrer son anniversaire de couple, en buvant une bouteille de champagne», relate Mme Gadoury.

Les meilleures histoires seront remises à des artistes dans le but d’élaborer La grande fête des escaliers l’an prochain. 

«Il est encore trop tôt pour dire quand et comment ce festival s’organisera, mais l’idée, c’est d’investir plusieurs escaliers de la ville et de rendre ces histoires, que ce soit avec de l’art visuel, par des musiciens, des poètes, ça pourrait même être de l’art vivant avec des petits pops-ups [spectacles éphémères]», énumère l’instigatrice. 

D’ici là, les citoyens qui ont une anecdote à partager peuvent le faire jusqu’au 31 octobre en se rendant sur le site popville.ca