/news/politics
Navigation

Projet de loi 96: le patronat croit qu'il faut s'attaquer à la qualité du français

L'analphabétisme et la qualité du français «grand oublié de la réforme actuelle»

Projet de loi 96: le patronat croit qu'il faut s'attaquer à la qualité du français
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault devrait s’attaquer au problème d’analphabétisme s’il veut assurer la pérennité et la qualité du français, croit le Conseil du patronat du Québec (CPQ), qui a participé aux consultations sur le projet de loi 96.  

• À lire aussi: Le nouveau jeu du «racisme systémique»

• À lire aussi: Le calvaire de Dominique Anglade

• À lire aussi: L’inquiétante humeur de François Legault, partie 2

Pour le patronat québécois, qui dit partager les préoccupations du ministre Simon Jolin-Barette, le français se porte mal d’abord chez les francophones, puisqu’un Québécois sur deux, en âge de travailler, est considéré comme analphabète ou analphabète fonctionnel. 

  • Écoutez l'entrevue de Marlène Jennings, présidente de Réseau des organismes communautaires du Québec avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Pour étayer son assertion, le CPQ s’appuie sur une enquête de l’Office québécois de la langue française (OQLF) qui a révélé, en 2020, que 36% des employeurs ont dû rejeter au moins une candidature en raison de compétences insuffisantes en français. 

«Le gouvernement doit redonner ses lettres de noblesse à la langue française en s'attaquant au taux inquiétant d'analphabétisme au Québec, le grand oublié de la réforme actuelle», a plaidé Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ, par communiqué, mercredi. 

«Les entreprises sont prêtes à faire leur part, en formation et en rehaussement de compétence, il faut les considérer comme des collaborateurs dans cette mission qui doit rallier toutes les sphères de notre société», a ajouté M. Blackburn.

Le CPQ craint que des PME soient face à des lourdeurs bureaucratiques en raison de cette réforme censée tenir compte de la taille des entreprises pour répondre à la réalité du terrain.  

«Pour les PME, cela implique un nombre incalculable de procédures administratives alors que la plupart d'entre elles ne disposent pas de département de ressources humaines pour s'en occuper», a mentionné le patronat.