/opinion/faitesladifference
Navigation

Défaire les mythes sur la voiture électrique

Défaire les mythes sur la voiture électrique
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les voitures électriques (VÉ) sont disponibles sur le marché depuis plusieurs années déjà, mais on en voit toujours relativement peu sur nos routes. Nous avons opté pour la voiture 100% électrique il y a 3 ans et nous réalisons que ça suscite beaucoup d’intérêt de la part des gens que nous côtoyons ou que nous croisons. Malgré l’intérêt marqué, encore trop de gens hésitent. Alors que s’ouvre aujourd’hui à Québec le Salon du véhicule électrique (https://sveq.ebems.com), nous tenterons de répondre à certaines des questions ou inquiétudes les plus courantes.  

Premièrement mentionnons qu’il y a plusieurs types de véhicules électriques. Voici les deux principaux groupes:  

  • 100% électrique: une batterie et un moteur électrique seulement. La batterie a généralement plus de capacité que pour les autres types.  
  • Hybride branchable (PEV): Petite batterie permettant de faire typiquement environ 50km en mode électrique. Lorsque la batterie est épuisée, un moteur thermique traditionnel prend le relais.   

Nous allons ici nous concentrer sur les voitures 100% électriques parce qu’elles représentent une plus grande part du marché actuel et futur. Par contre, pour plusieurs, il sera préférable d’opter pour une voiture hybride afin d’éliminer certaines craintes reliées à l’autonomie. 

Sont-elles écologiques ?

L’aspect écologique est un des critères principaux qui incitent les gens à se tourner vers un VÉ. Mais qu’en est-il vraiment? Plusieurs mettent en doute leur réel bilan écologique. 

Au Québec nous sommes extrêmement choyés d’être desservis par une énergie renouvelable très peu polluante. 

Par contre, il semble absurde d’utiliser un VÉ lorsque l’électricité est produite à l’aide d’énergie fossile (pétrole, charbon, gaz) - ce qui est souvent le cas aux USA, en Alberta et en Saskatchewan. 

Il faut tout de même savoir que l’efficacité réelle d’un moteur à combustion d’un véhicule se situe au mieux à 20%. Le 80% restant se retrouve en perte de chaleur que le moteur s’efforce d’évacuer avec l’aide de radiateurs. 

Dans le cas des centrales de génération d’électricité utilisant de l’énergie fossile, leur efficacité est généralement de l’ordre de 50%, bien meilleure que l’efficacité d’un véhicule. L’avantage électrique est donc plus discutable dans certains cas. 

Qu'en est-il de la batterie? Sa fabrication n’est-elle pas énergivore? Et savons-nous comment en disposer lorsqu’elle arrivera à la fin de sa vie utile? Dans le processus de fabrication des voitures électriques, la batterie produit une plus grande quantité de gaz à effet de serre que la fabrication d’une voiture à essence. On évalue qu’au Québec, le bilan carbone des VÉ devient avantageux après avoir roulé 40 000 km. Quant à la disposition des batteries usées, la filière se développe, et elles sont maintenant réutilisées ou recyclées en minimisant les déchets. 

Donc même si le bilan n’est pas parfait, l’avantage écologique reste clairement du côté des VÉ, surtout au Québec. 

Le prix plus élevé refroidi les ardeurs

Nombreux sont ceux qui trouvent trop chers les VÉ. En effet, le prix d’achat est clairement plus élevé que les voitures traditionnelles. Celui-ci peut passer de 23 000$ à 47 000$ lorsqu’on va de la version à l’essence à la version 100% électrique, c’est donc dire pratiquement deux fois plus cher. De quoi refroidir de nombreux consommateurs. 

Mais il est très important de considérer tous les coûts lorsqu’on fait la comparaison. Combien coûte l’essence ou l’électricité? Et l’entretien est-il différent pour chaque véhicule? Qu’en est-il du rabais gouvernemental. Il faut le considérer aussi. 

Si nous considérons que la voiture fera 200 000 km au cours de sa vie, savez-vous que l’essence coûte environ 20 000$ à elle-seule? Par contre, il ne vous en coûtera que 3 000$ en électricité environ pour le VÉ. De plus, vous rendrez beaucoup moins souvent visite à votre ami garagiste puisque vous n’aurez plus jamais à faire faire de changement d’huile et peut-être même pas de changements de freins - le freinage se fait en grande partie par le moteur électrique, ce qui épargne significativement les freins. Les frais d’entretien peuvent donc être réduits d’environ 3 000$ pour les VÉ. 

Et fait notable, le rabais gouvernemental peut alléger la facture jusqu’à 13 000$. Faites le calcul et vous réalisez rapidement que les VÉ deviennent significativement moins chers que ceux à essence. 

Par exemple, un VÉ de 45 000$ revient moins cher qu’un véhicule à essence de 26 000$ après seulement 5 ans d’utilisation (20 000 km/an). 

La crainte de tomber en panne

Plusieurs craignent que l’autonomie plus limitée des VÉ leur amène un inconfort qui n’est pas présent avec les véhicules à essence. L’autonomie des VÉ varie beaucoup d’un modèle à l’autre, et se situe habituellement entre 150 km et 400 km, voire plus pour certains modèles. 

Optant pour la prudence, vous pourrez choisir un véhicule hybride rechargeable, qui à coup sûr élimine le stress de l’autonomie limitée. 

Les hybrides branchables ont une autonomie électrique qui se situe généralement entre 30 et 70 km. Une fois la batterie épuisée, le moteur thermique prend le relais jusqu’à la prochaine recharge. 

Évidemment un nouveau propriétaire devrait bien évaluer ses besoins avant d’arrêter son choix. Le prix d’achat d’un VÉ est grandement influencé par la capacité de la batterie. Il faut savoir qu’on a tendance à surestimer nos besoins réels. L’utilisateur typique fera rarement plus de 100km dans une journée (aller-retour au travail et quelques courses). Mais à certaines occasions le besoin sera plus grand. 

Notez d’abord que les VÉ sont chargés le plus souvent à domicile et quelques secondes seulement sont nécessaires pour brancher le pistolet de recharge. Le matin venu, la voiture est donc toujours chargée à 100%. La plupart des utilisateurs n’utilisent que rarement les bornes publiques. Une borne de rechange de maison coûte environ 1100$ incluant l’installation, et une subvention permet de récupérer 600$. Sachez que de plus en plus d’employeurs offrent maintenant la recharge, le plus souvent gratuitement, aux employés. 

Sur les autoroutes et en ville, les bornes de recharge rapides sont maintenant nombreuses et permettent d’ajouter environ 100 km d’autonomie pour 30 minutes de recharge, voire plus pour certaines bornes. La vitesse de recharge peut varier en fonction de la borne, du modèle de voiture et de la température extérieure. 

Quelques applications mobiles, dont Circuit électrique, permettent de trouver facilement une borne le long de votre trajet, et même de savoir à l’avance si elle est libre. Sachez qu’une température très froide peut allonger le temps de recharge, tandis que l’autonomie de la batterie est aussi réduite d’environ 30%. 

En conclusion, il est indéniable que les véhicules de demain seront principalement électriques. Bien qu’il soit déjà avantageux financièrement d’opter pour un VÉ, on devra attendre encore quelques années avant que la majorité des véhicules à essence disparaissent de nos routes. 

Heureusement les prix continueront de descendre, ce qui convaincra de nombreux consommateurs à faire le saut électrique! 

Benoit Gilbert et Mélanie Grenier

Québec

Références et informations supplémentaires: 

https://lecircuitelectrique.com/

https://www.aveq.ca/ 

https://www.cer-rec.gc.ca/fr/donnees-analyse/marches-energetiques/profils-energetiques-provinces-territoires/index.html 

https://www.roulonselectrique.ca/documents/40/Brochure-Electro-FR-2021_web.pdf

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?